Les deux hommes avaient une cinquantaine d’années, des manières de chemineaux mais ils s’exprimaient avec une précision non exempte, chez Poussin, de préciosité. La voix de Castel était un peu cassée, lyophilisée, sèche comme un échappement de moteur froid, quand celle de Poussin sonnait tout en rondeur et lubrifiée, ses participes glissant et patinant comme des soupapes, ses complément d’objet dérapant dans l’huile.

Un an – Jean Echenoz

Cette chronique a déjà été lue 1316 fois.

%d blogueurs aiment cette page :