Prenez la carpe, par exemple. C’est un des poissons les moins prometteurs de tous. Elle n’a pratiquement pas de front et n’a aucune conversation. Voici donc notre carpe en train de nager par un beau jour de printemps, lorsqu’elle décide brusquement d’avoir des enfants. Elle remplit alors une fiche, et dépose un ou deux millions d’oeufs sur un rocher (tout ceci se passant sous l’eau, ne l’oubliez pas. Non mais quelle idée!) Ceci fait, elle rajuste son chapeau, met un nuage de poudre sur son nez et repart à la nage, chargée à présent d’un passé.

Le supplice des week-ends, Robert Benchley

Cette chronique a déjà été lue 5874 fois.

%d blogueurs aiment cette page :