Alors écoute, benêt, les dieux existent seulement dans la conscience humaine. Et c’est un concept qui n’a pas arrêté de changer selon les circonstances, surtout au Japon. La preuve, avant la guerre, Dieu, c’était l’empereur, mais quand le général de l’armée d’occupation américaine Douglas MacArthur lui a intimé l’ordre de quitter cette fonction, il a fait un beau discours pour déclarer : « Écoutez-moi tous, à partir de maintenant, je ne suis plus Dieu » et, en 1946, c’était terminé. Pour te dire à quel point les dieux japonais sont accomodants. Ils changent de statut comme ça, il suffit qu’un militaire américain avec des lunettes de soleil sur le nez et une pipe bon marché au bec le leur ordonne et pfut ! ils filent leur démission. Complètement post-moderne comme concept, non ? Si tu crois qu’il existe, il existe. Si tu n’y crois pas, il n’existe pas. Alors pourquoi on se ferait du mouron à cause de lui ?

Kafka sur le rivage – Haruki Murakami

Cette chronique a déjà été lue 1150 fois.

%d blogueurs aiment cette page :