« […] Je n’ai jamais bien su ce que cela signifie, une femme « très féminine », un homme « très viril », si ce n’est pas être d’abord celui ou celle qu’on aime. Alors, promets-moi. Promets-moi de ne pas faire de ton chagrin une facilité, une dérobade. Une demeure grise entourée de ronces et de ruines. Ah non ! Je ne veux pas que la mort gagne encore plus qu’elle n’emporte. Tu ne t’enfermeras pas à double tour derrière les murs du souvenir. Je ne veux pas devenir aide à la pierre. Nous avons été heureux et cela nous crée des obligations à l’égard du bonheur. » Je ne vois pas ce que je peux encore vous dire, si ce n’est ceci : je lui ai tout donné et maintenant tout cela m’est resté sur les bras. Aimer est la seule richesse qui croît avec la prodigalité. Plus on donne et plus il vous reste. j’ai vécu d’une femme et je ne sais pas comment on peut vivre autrement.

Clair de femme – Romain Gary

Cette chronique a déjà été lue 1805 fois.

%d blogueurs aiment cette page :