Je me suis acheté une pizza. C’est chouette une pizza quand on a faim.

Une pizza reine ! Neuf euros, avec le sourire du pizzaïolo. Elle est bien joyeuse cette pizza. Joyeuse comme une après-midi au cirque. Sur la piste-pâte épaisse comme un continent, les poivrons-clowns bariolés qui sautillent partout, les fauves-épices redoutables, le fromage-contorsionniste et ses extraordinaires tours de souplesse, les petites olives-acrobates et leurs incroyables roulades. Monsieur champignon-Loyal occupe toute la scène et la reine-jambon lui fait des grâces de jambonneau.

Y’a pas à dire une pizza toute chaude comme ça, avec son petit parfum d’origan, c’est bien joyeux.

Je la porte par-dessous, comme un trésor jusqu’à ma voiture. Le carton me brûle la main. Miam !

Ce soir, c’est festin. Je me la taperai entière si l’envie me presse, sans penser à demain. Quand on a trois ronds en poche, on s’obsède du lendemain. Faut en garder. Quand on n’en a pas un, le lendemain, ça reste du concept. Le lendemain n’existe que dans la mesure où on y arrive.

Macadam Gonzo – Jeff Balek

Cette chronique a déjà été lue 3309 fois.

%d blogueurs aiment cette page :