Et si on mettait un peu de poésie dans nos lectures ? Trois textes aujourd’hui pour découvrir des univers très différents!

Le poète pisse encore dans son violon - Pierre Autin-GrenierLe poète pisse encore dans son violon – Pierre Autin-Grenier

Tout petit recueil d’une trentaine de pages, dans un tout petit format qui tiendrait presque dans une poche, Le poète pisse encore dans son violon rassemble des aphorismes qui pourraient bien mettre un peu de ciel bleu dans cet hiver: drôles et percutants (même si certains sont aussi parfois un peu désabusés), ça se picore tout doucement pour faire durer le plaisir.

Illustrés par des bouts des pages manuscrites de l’auteur, vous devriez trouver ici des textes qui vous parlent !

A toujours vouloir prendre
les wagons de queue
la petite demoiselle
s’est vite retrouvée
enceinte.

Je suis la virgule
chargée de marquer
l’ultimes respiration
avant la catastrophe.

(sport) - Marcella, illustrations de Pépée(sport) – Marcella, illustrations de Pépée

Avec celui-ci, ce n’était pas gagné. Je ne suis pas une grande sportive (doux euphémisme). Alors entre le titre et l’illustration de couverture, je ne pensais pas accrocher avec ce livre. Pourtant, il faut dire que le sport mis en jolis mots, ça a tout de suite une autre gueule !

sport) - Marcella, illustrations de PépéeIci, on parle de boxe, de piscine, de course à pied, mais le tout avec une belle légèreté et beaucoup de poésie. Les illustrations viennent appuyer cette légèreté et cette fête que peut être le sport. A tel point qu’on a presque envie de découvrir aussi cette sensation là en allant nager ou courir…
 

 

danser dans l’eau le premier jour de l’année
et la fête peut commencer

Mon amour pour la vie en moi (et si on disait Divagations) - Gérard SendreyMon amour pour la vie en moi (et si on disait Divagations) – Gérard Sendrey

Pour ce dernier titre pour aujourd’hui, soyons clair, je n’ai pas du tout accroché. Entre récit personnel sur le cours de sa vie et réflexion sur la spiritualité, les relations familiales ou l’absurdité du monde, l’écriture ne m’a pas touchée et à aucun moment je n’ai compris le sens ou le but de ces divagations peut-être beaucoup trop personnelles et trop auto-centrées pour moi.

 

Merci en tout cas aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune pour l’envoi de ces livres qui m’ont permis de découvrir la maison.

Cette chronique a déjà été lue 1596 fois.

%d blogueurs aiment cette page :