Un premier roman mêlant enquête policière, problème raciaux et corruption politique. Pas de fausse note pour Attica Locke.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Parce qu’on me l’a prêté. Et qu’il avait l’air bien intéressant.

La quatrième de couv :

Jay Porter est loin d’être l’avocat qu’il aurait voulu devenir. Son client le plus prometteur est une prostituée de bas étage, et son cabinet se trouve dans un petit centre commercial minable. Mais cela fait longtemps qu’il a enterré son rêve américain et mis soigneusement de côté sa facette la plus sombre : les armes, l’enquête du FBI, le procès qui a bien failli le détruire.

Houston, Texas, 1981. C’est dans cette ville que Jay pense pouvoir reprendre de zéro. Jusqu’au soir où il sauve une femme de la noyade – et ouvre la boîte de Pandore. Les secrets que cache cette femme vont en effet mêler Jay, malgré lui, à une enquête criminelle qui mettra en péril sa carrière d’avocat, sa famille, sa vie même. Mais avant d’éclaircir un mystère dont les ramifications remontent jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir économique local, Jay devra affronter les démons de son passé.

Une écriture intelligente qui captive le lecteur dès la première scène, jusqu’au dénouement haletant : Marée noire signe l’arrivée d’un nouveau talent formidable.

Attica Locke est née à Houston, Texas. Elle vit aujourd’hui à Los Angeles avec son mari et sa fille. Elle est enseignante au Sundance Institute et scénariste au cinéma et à la télévision. Elle travaille actuellement pour une série de la chaîne de télévision HBO sur le mouvement des droits civiques. Marée noire est son premier roman.

Mon avis :

Jay est avocat. Mais n’allez pas tout de suite penser au bureau magnifique, grosse voiture et argent qui coule à flot. Jay est très loin de ça. Petit avocat, sa principale cliente est une prostituée. Les rares autres clients n’ont pas les moyens de le payer. Ce qui tombe assez mal étant donné que sa femme est enceinte de huit mois. Un soir, pourtant, il arrive à lui faire une surprise pour son anniversaire en l’emmenant faire une petite croisière sur le bayou. Rien de bien grandiose, le bateau est vieux, la croisière se passe le long de quartiers déshérités, mais l’intention est là. Malheureusement pour lui, il y aura des coups de feu sur la berge ce soir-là. Et Jay, entendant quelqu’un tomber à l’eau, va plonger pour la sauver. Ce qui va entraîner pour lui une montagne de problèmes.

Car Jay est Noir. Il a déjà fait de la prison pour avoir été activiste dans un mouvement de droits civiques. Et il en garde une peur immense des policiers. Ce soir-là, il laissera donc la jeune femme tombée à l’eau devant un commissariat, pensant qu’il n’entendra plus parler d’elle. Mais il sera très vite rattrapé par les ennuis. Sans compter qu’il est appelé pour régler la grève des dockers, où les syndicats Blancs et Noirs se battent contre les compagnies pétrolières, mais aussi entre eux, les Noirs étant sous-payés, les Blancs refusant de risquer leur place pour des demandes, selon eux, injustifiées…

Il y a de nombreuses histoires qui se croisent dans ce livre : Jay qui tente tant bien que mal de faire vivre sa famille, les problèmes politiques des années 70-80 et la pression du FBI dans les mouvements activistes, la corruption des pouvoirs politiques en place, la haine raciale encore bien présente dans certaines villes du Texas et le passé qui finit toujours par vous rattraper… Parfaitement menées du début à la fin, les histoires se mêlent jusqu’au dénouement final sans un seul accroc. Une intrigue bien ficelée, mêlée à des considérations politiques et historiques qui égratignent au passage l’Amérique, des personnages attachants… Tout cela donne un très bon premier roman qu’on ne lâche pas !

Détails :

Auteur : Attica Locke
Traducteur : Clément Baude
Editeur : Gallimard
Date de parution : 10/02/2011
448 pages

Cette chronique a déjà été lue 2680 fois.

%d blogueurs aiment cette page :