Vous n’avez jamais osé le stop ? Partez à travers l’Amérique avec Sissy. Ne vous inquiétez pas, vous êtes entre de bonnes mains !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Pris au hasard dans ma librairie préférée parce que le titre m’a fait rire !

La quatrième de couv :

Dotée à sa naissance des deux plus longs pouces du monde, Sissy Hankshaw décide de devenir la plus grande autostoppeuse des États-Unis. Partant ainsi à l’aventure, Sissy fera une série de rencontres étonnantes qui transformeront sa vie : la Comtesse, magnats des déodorants intimes ; Julian Gitche, l’Indien qui sera un temps son mari ; le docteur Robbins, psychiatre farfelu. Et surtout les cow-girls du ranch de la Rose de Caoutchouc qui revendiquent l’égalité avec les hommes sous la conduite de la belle et sauvage Bonanza Jellybean.

Dans ce roman drôle et excentrique, Tom Robbins bouscule allègrement les conventions morales et littéraires. De ce chef-d’œuvre de la contre-culture, rien ni personne ne sortira indemne.

Mon avis :

Que dire de ce roman ? Déjanté, excentrique et drôle ? Oui tout à fait ! On part avec Sissy à la découverte de l’Amérique pour y rencontrer une Comtesse qui n’aime pas trop les odeurs corporelles féminines, des grues qui ne migrent plus, un Chinetoque pas tout à fait Chinois, un peuple de l’horloge avec des règles bizarres, des cow-girls sans vaches et pas mal d’autres personnages haut en couleurs ! Et ça tire à boulets rouges dans toutes les directions ! Car l’auteur, loin de faire parler uniquement ses personnages, s’invite régulièrement dans l’histoire pour dénoncer en vrac les critiques littéraires, le mariage, l’industrialisation, la société de consommation et j’en passe.

On se régale avec un humour décalé, des métaphores hautes en couleurs, des descriptions minutieuses, une histoire et un style parfaitement maîtrisés. Les personnages sont extraordinaires et attachants et j’aime quand l’auteur m’interpelle au milieu du récit, comme si on était au café du coin, et qu’il interrompait l’histoire deux secondes parce qu’il vient de se rappeler un détail important !

Par contre, on a tendance parfois à faire de très longs détours. Et on a l’impression de se retrouver bien loin du point de départ, sans vraiment savoir ce qu’on fait là et pourquoi on nous y a emmené. Alors on décroche un peu de temps en temps. Mais Tom Robbins arrive finalement toujours à nous rattraper au vol et à nous ramener dans le droit de chemin. Celui de Sissy et de son incroyable voyage.

Extraits

Un premier extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi et aussi dans cet extrait du mardi.

Vous pourrez aussi retrouver La préface de la cellule unique sur le site de l’éditeur.

Détails :

Auteur : Tom Robbins
Traducteur : Philippe Mikriammos
Editeur : Gallmeister / Totem
Date de parution : 30/04/2010
454 pages

Cette chronique a déjà été lue 4420 fois.

%d blogueurs aiment cette page :