Déception avec ce premier Sedaris : je suis toujours à la recherche de l’humour et de la satire, comme promis dans la quatrième de couverture et comme le laisse suggérer la réputation de Sedaris  !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’avais commencé When You are Engulfed in Flames, en VO donc, le titre français étant Je suis très à cheval sur les principes. J’avais été très ambitieuse visiblement, car je n’arrivais pas à saisir l’humour caché entre les lignes. Humour qui est supposé être le propre de David Sedaris. Alors, lorsque j’ai trouvé N’exagérons rien ! chez le bouquiniste, j’ai pensé que c’était une bonne façon de découvrir cet auteur !

La quatrième de couv :

« Chez Macy’s, on m’a demandé : “Vous souhaiteriez être lutin à plein temps ou lutin du soir et du week-end ?”
J’ai répondu : “Lutin à plein temps.”
J’ai rendez-vous mercredi prochain à midi.
Je suis un homme de trente-trois ans qui postule à un emploi de lutin. »

David Sedaris nous offre le meilleur de lui-même dans ce livre qui réunit ses histoires les plus drôles. Au menu, dérision et humour noir sans limites. On retrouve avec plaisir les figures emblématiques de ses nouvelles : le petit ami, Hugh, les parents excentriques, mais surtout David Sedaris en personne. Doux dingue affligé de tics, menteur invétéré, immature, il est tout simplement irrésistible. Les quinze nouvelles de N’exagérons rien ! confirment le génie satirique de cet auteur hors norme.

Mon avis :

Recueil de quinze textes, ce livre est supposé représenter le best-of de David Sedaris. On y découvre son texte Le pays du Père Noël, celui qui l’a fait connaître, lorsque pour la première fois il raconte à la radio ses aventures de petit lutin, assistant du Père Noël chez Macy’s. On passera aussi sur des pans de son enfance, ses premiers petits boulots, ou son homosexualité avec J’aime les garçons.

Alors oui, on arrive à lire ce livre jusqu’au bout, sans trop de problèmes. Mais le soucis c’est qu’on m’avait promis de l’humour noir, de la dérision, de la satire. Et je n’ai trouvé aucun de ces éléments dans ce livre. Alors, peut-être que je ne suis pas sensible à l’humour Sedaris. Ou que ce livre est loin de représenter ce que fait Sedaris d’habitude. A confirmer avec un prochain livre qui, je l’espère, sera au niveau de la réputation de Sedaris !

Détails :

Auteur : David Sedaris
Traducteur : Nicolas Richard
Editeur : Éditions de l’Olivier
Date de parution : 14/05/2010
208 pages

Cette chronique a déjà été lue 5187 fois.

%d blogueurs aiment cette page :