Le compte à rebours à commencé. Dans deux jours, c’est l’inauguration de la Freedom Tower. Ils n’ont que 48 heures pour arrêter ceux qui sont devenus des bombes humaines à leur insu.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Les éditions Hachette m’ont proposé de découvrir le livre. Et la 4e de couverture me laissait penser que ça pouvait être un bon petit thriller comme je les aime.

La quatrième de couv :

9 septembre 2012, Manhattan.
Un homme ordinaire reçoit une enveloppe kraft anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui.
Très vite, les explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz McGeary, les deux agents chargés de l’enquête, admettent vite qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe.
Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique.
Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années.
Tous reçoivent des enveloppes kraft et se mettent à marcher.
S’ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient.
Quels que soient leur sexe, leur âge et leur couleur de peau.
La cavale sans fin de ceux qu’on appelle les « Death Walkers », les marcheurs de la mort, ne fait que commencer.

Mon avis :

Ils sont des milliers à travers les Etats-Unis. Ils n’ont rien demandé, si ce n’est avoir un cœur de secours pour palier aux déficiences du leur. Malheureusement, certains en ont profité pour les transformer en bombe humaine. A leur insu, c’est un pacemaker trafiqué qui leur a été implanté. Et, en ce 9 septembre 2012, ils sont activés les uns après les autres. Leurs instructions ? Tout abandonner sur place et marcher. Marcher jusqu’à la cible qui leur a été désignée. Les cibles ? Des points stratégiques et sensibles du gouvernement américain. Et si l’idée leur venait d’arrêter de marcher ou de refuser, ils exploseraient purement et simplement… A deux jours de l’inauguration de la Freedom Tower, censée panser les plaies des attentats du World Trade Center, il y a de quoi mettre le gouvernement sur les dents ! Ils n’ont que deux jours pour trouver comment se sortir de cette nouvelle crise…

Dès les premières pages, je me suis laissée piéger par l’intrigue et en quelques tout petits jours, j’avais déjà dévoré plus de la moitié du livre, à coup de « allez, juste encore un petit chapitre ». On a là tous les ingrédients d’un bon thriller : le flic un peu dépressif, mais qui a un grand cœur, et qui se donne à fond dans son travail ; l’amourette non résolue ; les terroristes qui s’attaquent aux Etats-Unis ; les guerres entre services américains… Bref, tout est là. On pourrait penser qu’il n’y a pas grand-chose de neuf sous le soleil. Et oui, sur le fond, ce n’est pas nouveau. Mais toujours est-il que c’est bien écrit, c’est bien mené et ça m’a fait passer un très bon moment de lecture. Et jusqu’à la fin, les surprises restent intactes. Que demander de plus ?

Détails :

Auteur : Frédéric Mars
Editeur : Hachette – Black Moon
Date de parution : 03/11/2011
653 pages

Cette chronique a déjà été lue 4309 fois.

%d blogueurs aiment cette page :