Texte bref d’Eric Faye sur la nuit qui a permis a Franz Kafka d’écrire Le Verdict.


Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Lecture 100% numérique toujours, avec Eric Faye, que j’avais eu l’occasion de découvrir grâce à Nagasaki, et qui signe là un texte disponible uniquement en version numérique.

La quatrième de couv :

« J’ai travaillé jusqu’à maintenant. » Puis il ira s’étendre, indifférent à la journée qui commence, ce lundi de septembre. […] Ce récit, il le décide, s’appellera Le Verdict.

Mon avis :

Comment écrire dans le tumulte permanent ? Notre narrateur a l’idée de départ et les grandes lignes pour son histoire. Il lui manque le calme pour pouvoir s’y atteler. Alors dès que sa famille lui laisse un peu de répit, il se lance. « Aucune interruption, visite, voix pour parasiter la grâce du moment. Ah ! S’il pouvait ne jamais dormir, de la sorte ! Grâce à l’éternité de cette nuit son esprit s’est ouvert totalement à son travail d’écriture. Il est devenu écriture. » Et en l’espace d’une nuit, il écrira son histoire, à sa grande satisfaction.

Texte bref, six pages à peine, sur cette nuit qui aura permis à Franz Kafka d’écrire Le Verdict et qui interroge le processus de création. Avec maintenant l’envie de découvrir ce texte pour connaître l’histoire imaginée cette nuit-là.

Extraits :

Lire les premières pages sur le site de l’éditeur.

Détails :

Auteur : Eric Faye
Editeur : Publie.net
Date de parution : 28/10/2010
6 pages

Cette chronique a déjà été lue 10754 fois.

%d blogueurs aiment cette page :