Pas dans le cul aujourd'hui - Jana ČernáUne très belle lettre qui se lit presque d’une traite…

La quatrième de couv :

«Je ne pouvais pas rentrer et me mettre au travail, me mettre au travail comme si de rien n’était, alors j’ai commencé à écrire cette lettre qui n’a ni rime ni raison, où je ne veux rien révéler ni rien résoudre, mais je ne crois pas qu’il y ait besoin d’explication, tu comprendras sûrement et ça ne te posera pas de problème.»

Mon avis :

On ne va pas se mentir… Parfois, le choix d’un livre tient à pas grand-chose. Ici, c’est bien sûr le titre qui a attiré mon oeil dans ma librairie habituelle. Et puis, en feuilletant, je tombe sur le poème dont est extrait ce titre:

Pas dans le cul aujourd’hui
J’ai mal

Et puis j’aimerais d’abord discuter un peu avec toi
car j’ai de l’estime pour ton intellect

On peut supposer
que ce soit suffisant
pour baiser en direction de la stratosphère

Une fois plongé dans le texte, c’est une l’histoire d’une femme étonnante que l’on découvre. Dans la note de l’éditrice tout d’abord, où l’on découvre son parcours dans l’après-guerre dans les pays de l’Est. Puis dans cette magnifique lettre qu’elle fait à son amant.

En 80 pages environ, elle va déclarer sa flamme, sa vision de l’amour et de la vie à son amant qui se trouve loin d’elle. Il y a de l’érotisme là-dedans. De la liberté de vivre sa vie sans céder aux préjugés ou au moule dans lesquels on veut enfermer les gens. D’autant plus dans le début des années 60 à Prague. Il y a cette volonté de mêler l’intellect au sexe pour sublimer l’un et l’autre. Et de fuir tout ce qui est raisonnable, car «le raisonnable me ferait mourir en moins d’une semaine de la mort la plus triste qui soit, le raisonnable détruit en moi tout ce qui fait sens, il m’ôte toutes mes forces, qu’elles soient érotiques, intellectuelles ou autres».

Une très belle lettre qui se lit presque d’une traite…

IMG_2214

Détails :

Auteur : Jana Černá
Éditeur : La contre allée
Date de parution : 28/08/2014

Cette chronique a déjà été lue 2839 fois.

%d blogueurs aiment cette page :