Début de l’incursion dans la littérature oulipienne.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Tout, tout, tout est expliqué dans l’article OuLiPo – ouli quoi ? Comment ça vous ne l’avez pas encore lu ?!!!

La quatrième de couv :

« L’autre soir j’étais au compère, assis près d’une voisine, vous savez, une de ces voisines qu’il faut supporter contre temps effarés. Tenez, imaginez que vous soyez allé au compère écouter une nymphe aussi. Une nymphe aussi de Malheur, par exemple. Au rébus, votre voisine, vous n’y avez pas prêté attention ; mais elle a tôt fait de sortir de sa réserve et de vous faire sentir sa régence. Est-ce qu’elle s’enduit au compère ? Est-elle là pour se faire remorquer ? Nul ne le sait. Quoi qu’il en soit, voilà qu’elle s’habite sur son piège. Elle remue. Et son piège grince, évidemment. Pire, il couine. On dirait qu’elle pousse de petits prix. Ou qu’elle glousse… »
Pièces détachées rassemble une vingtaine de textes des oulipiens, jeux virtuoses où l’humour fait bon ménage avec la logique, l’amour de la langue et de la poésie.
Ce recueil forme aussi le texte du spectacle de même nom, mis en scène par Michel Abécassis.

Mon avis :

Ce recueil est composé de 23 Pièces détachées, allant de la définition de l’OuLiPo à l’explication des parapèteries – qui ressemblent à des contrepèteries mais n’en sont pas – en passant par le Poème de bistro, le Poème de métro, le Poème de boulot ou même le Poème de dodo. Et bien d’autres textes encore dont certains sont très agréables à lire, d’autres plus obscurs, car on ne sait pas quelle a été la contrainte. Mais comme expliqué hier, la contrainte parle de la contrainte. Et ça je ne le savais pas en découvrant ce Pièces détachées.

Il me reste donc à relire ces petits textes avec cette idée en tête et continuer ma découverte de l’OuLiPo avec certainement d’autres recueils à venir mais des romans aussi.

Extraits

Acruns insultants
François Caradec

Abruti de naissance et par hérédité
Ballot qu’on n’ira pas chercher au bout du quai
Con comme une valise et le balai des chiottes
Dégueulasse flicard et suppôt des R.G.
Enfoiré débectant les plus gras saligauds
Foutre de nom de dieu de petit con merdeux
Gâteau qui a perdu le sens de la mesure
Humble petit crétin produit par deux idiots
Imbécile ahuri par ta propre bêtise
Jocrisse bégayant des insultes bien molles
Kroumir sentant le pet l’ail et le patchouli
Lamentable minus excessivement con
Merdeux se dépassant en grimpant à l’échelle
Nullité s’efforçant d’égaler le zéro
Opulente fripouille aux réflexions obscènes
Pénible grenouilleur escroc de bas étage
Quintuple trou du cul cueilli dans la poubelle
Ringard comme un vieux pet et fier comme un morpion
Stupide mollasson marchand sur ses roustons
Tête de nœud salingue et porteuse de bran
Ultime gradation de dégénérescence
Vil rat noir essayant de prendre le métro
W.-C. brenneux chantant un air de cul
Xylophage broutant la rondelle des chiottes
Yéti au crâne étroit comme celui du Pape
Zoïle qui attend le renvoi d’ascenseur.
p.19

Détails :

Auteur : OuLiPo
Editeur : Mille et une nuits
Date de parution : 12/09/2007
71 pages

Cette chronique a déjà été lue 1734 fois.

%d blogueurs aiment cette page :