Divagation d’une femme qui erre dans la vie à la recherche d’un moyen de faire passer au plus vite des journées interminables. Épuisant de conditionnel !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Le choix du hasard total pour ce livre, trouvé chez un bouquiniste lors d’un petit week-end à Colmar.

La quatrième de couv :

La vie est une promenade, on va, on vient, on s’achemine. Les êtres se succèdent sans qu’on les reconnaisse. On les devine du bout des antennes comme des corps posés sur le tapis roulant de l’espèce.
L’angoisse bat, palpite à la place du cœur. Le cerveau est une chambre de torture où on n’ose pas hurler de crainte d’exaspérer la douleur.
Les décennies de l’existence s’entassent l’une sur l’autre comme des cubes. On les traverse hagard, sans éprouver à chaque instant l’émerveillement de se trouver là. Juste avant de basculer vient l’instant vers lequel sans le savoir on se dirigeait depuis l’origine. Tout s’éclaire, s’illumine, le bonheur embrase l’horizon comme une pluie de soleils. On n’a pas le temps de se dire que la promenade valait la peine malgré tout. Les lumières se sont déjà éteintes, on n’aura existé que pour cette joie immense et brève.

Mon avis :

Une femme anonyme se promène dans la vie. Alors que le mot «promenade» évoque plutôt une sympathique flânerie un dimanche après-midi, pour se détendre, cette femme a une tendance à errer plus qu’à se promener. Sans travail, sans ami, sans espoir ou même sans aucune envie d’avoir de l’espoir, elle déambule. Pour rencontrer des gens ? Non, il s’agit juste pour elle de passer le temps. Car les journées lui semble interminable. Les minutes mêmes semblent «dure à avaler comme du gravier». Elle tente bien de dormir pour essayer de le faire passer plus vite ce temps, mais même le sommeil la fuit.

Alors, lors de ces promenades, elle part dans des suppositions toutes plus folles les unes que les autres sur ces personnes qu’elle croise. Avec la plupart du temps la mort comme point final de ces divagations. Et puis, souvent aussi, elle se laisse aller à la rencontre, mais uniquement pour le sexe. Mais ces relations sexuelles n’ont pas pour but de nouer une relation durable. Il s’agit encore une fois d’une manière de passer le temps. Toujours quelques minutes gagnées sur ce temps qui la dérange.

Écrit majoritairement à l’imparfait et au conditionnel, cette femme anonyme désespéré aura fini par m’exaspérer. Entre toutes les supputations sur ce qu’elle aurait pu faire, pu dire, pu aimer, toutes les rencontres qu’elle aurait imaginées, les différentes morts qu’elle aurait pu avoir, l’indécision de celle qui reste au conditionnel plutôt que de s’inscrire dans un futur possible ou même dans un présent, même si imparfait, m’a fait refermer la dernière page de ce livre avec le soulagement d’en avoir enfin fini avec l’incertitude !

Détails :

Auteur : Régis Jauffret
Editeur : Verticales
Date de parution : 22/08/2001
300 pages

Cette chronique a déjà été lue 3852 fois.

%d blogueurs aiment cette page :