» OUI, JE VEUX !!!!!!! DES MAILS DE LEO ! DES MAILS DE LEO ! DES MAILS DE LEO. S’IL VOUS PLAÎT ! JE SUIS ACCRO AUX MAILS DE LEO ! « 

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Après avoir lu les trois premières pages dans le Lire du mois de mars, il fallait absolument que je connaisse la suite de cette échange d’email.

Vous vous souvenez peut-être que la dernière fois que j’avais attaqué le style épistolaire, j’avais bien précisé que ce n’était pas mon style. Mais j’avais quand même beaucoup aimé Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates. Et voilà que je me retrouve à nouveau complètement prise par un autre roman basé cette fois sur l’échange d’email. On va donc dire que j’aime les romans épistolaires.

La quatrième de couv :

Un message anodin peut-il bouleverser votre vie ?

Leo Leike reçoit par erreur un mail d’une inconnue, Emmi Rothner. Poliment, il le lui signale. Elle s’excuse et, peu à peu, un dialogue s’engage, une relation se noue. Au fils des mails, ils éprouvent l’un pour l’autre un intérêt grandissant.

Leo écrit : « Vous êtes comme une deuxième voix en moi qui m’accompagne au quotidien. »

Emmi admet : « Quand vous ne m’écrivez pas pendant trois jours, je ressens un manque. »

Emmi est mariée, Leo se remet à grand-peine d’un chagrin d’amour. De plus en plus attirés l’un par l’autre, Emmi et Leo repousse néanmoins le moment fatidique de la rencontre…

Mon avis :

Leo ! Comme Emmi, je suis devenue accro aux mails de Leo. Sans rentrer dans le côté midinette (Leo, où es-tu ?), la quatrième de couverture peut laisser penser que ça va être un peu à l’eau de rose, un peu gnangnan. Mais l’auteur a su éviter tous les dangers potentiels du genre virtuel. Car ici, pas de langage sms, pas de smiley à tout va. Pas de drague intempestive sous prétexte d’être caché derrière son écran.

La relation qui se noue au fur et à mesure des échanges permet à Emmi et Leo de faire une pause hors de leur monde, hors du temps. Loin des obligations, des rôles de façade à tenir. Ils se dévoilent, un peu puis beaucoup. Pour finalement ne plus pouvoir se passer de leurs échanges quasi quotidien.

Et on se prend au jeu. Totalement. Complètement. Je n’ai pas pu lâcher ce livre de la première ligne à la toute dernière. L’échange est riche, humoristique parfois, pétillant souvent, piquant de part et d’autre. Mais il est aussi sensible, pudique et intelligent ! Le tout rythmé par l’instantanéité permise par l’échange d’email.

Et puis vient le coup de théâtre ! Et là on est bien content de savoir que la suite est déjà prévue. Qu’elle sort en ce moment même dans les pays germanophones. Mais on se dit qu’il va quand même falloir attendre la traduction. Parce que l’allemand, je comprends. Mais pas au point de pouvoir lire un roman. Le titre ? Alle sieben Wellen. En traduction approximative, ça donnerait Toutes les sept vagues.

En attendant, message personnel : Leo, si tu passes par là, tu peux m’écrire à moi aussi !

Extraits

Nous communiquons au milieu d’un désert. Nous avons sagement avoué quel était notre métier. En théorie, vous pourriez me faire un joli site internet et moi établir de vous un (médiocre) profil psychologique. C’est tout. Nous savons grâce à un mauvais magazine local que nous habitons dans la même ville. Mais à part cela ? Rien. Il n’y a personne autour de nous. Nous n’habitons nulle part. Nous sommes sans âge. Nous sommes sans visage. Nous ne faisons pas la différence entre le jour et la nuit. Nous vivons hors du temps. Nous sommes retranchés derrière nos écrans, et nous avons un passe-temps commun : nous nous intéressons à un parfait inconnu. Bravo ! p.29

Lire les premières pages.

Détails :

Auteur : Daniel Glattauer
Editeur : Grasset
Date de parution : 01/04/2010
348 pages

Cette chronique a déjà été lue 3048 fois.

%d blogueurs aiment cette page :