Río Negro - Mariano QuirósUn humour très noir, avec une bonne dose de péripéties, qui devrait plaire aux amateurs du genre !

La quatrième de couv :

Le río Negro, dont les flots autrefois sauvages inspiraient toutes sortes de légendes, n’est plus à présent que l’ombre de lui-même : ses eaux polluées se contentent de charrier péniblement déchets et cadavres. Un couple d’intellectuels reconnus est pourtant parvenu, durant une vingtaine d’années, à vivre paisiblement aux abords de cette rivière encombrée de secrets. Mais un jour, à vouloir « faire l’éducation » de leur fils, un adolescent aussi apathique qu’introverti, le père de cette petite famille sans histoire découvre que la mort peut surgir de sources étonnamment proches… Les deux hommes se trouvent alors pris dans un engrenage sanglant digne d’un film noir des frères Coen. Macabre et burlesque.

Mon avis :

Il est un peu en panne d’inspiration en ce moment pour avancer sur ses articles. Il n’arrive plus vraiment à avoir de vraie conversation avec son ado de fils qui préfère glander devant la télé et jouer encore au gamin. Et sa femme les laisse pour quelques jours à cause de son boulot. Tous les éléments sont réunis pour qu’il tente un rapprochement père/fils des plus improbables.

Son fils de 18 ans ne semble pas particulièrement porté sur les filles et les potentielles relations sexuelles. Il a bien une amie assez proche, Mariel, mais cela ne semble pas dépasser le stade de l’amitié. Alors il va décider que c’est le moment où jamais de faire découvrir la vie à son fils. Si l’approche prostitués est un fiasco total, il ne lâche pas le morceau et va improviser une petite fête avec son fils et Mariel. L’alcool coule à flot, les joints tournent plus que de raison, mais le couple ne semble pas vouloir se former, au grand désespoir du père… Et c’est là que le cauchemar va commencer pour nos trois protagonistes : un réveil en forme de grosse gueule de bois. Mais je ne vous en dis pas plus pour vous laisser le découvrir !

Drôle même si on ne devrait pas rire de ces mésaventures. Absurde dans l’approche du père pour tenter de résoudre la catastrophe qu’il a provoquée. Dérangeant quand même sur certains aspects. Ca commence doucement dans ce récit, mais au fur et à mesure que le père et le fils s’enfoncent dans les problèmes, on a hâte de savoir comment ils vont pouvoir se sortir de cette très mauvaise passe. Un humour très noir, avec une bonne dose de péripéties, qui devrait plaire aux amateurs du genre !

Extrait

Lire les premières pages en ligne.

Détails :

Auteur : Mariano Quirós
Éditeur : La dernière goutte
Date de parution : 17/04/2014

Cette chronique a déjà été lue 2311 fois.

%d blogueurs aiment cette page :