Sous les fleurs de la tapisserie - Marlène Tissot, SomothoUn très beau recueil de poésie qui parle de la vie, celle qui questionne.

La quatrième de couv :

Marlène Tissot est née en 1971. Elle a publié quatre recueils de poésie, dont « Nos parcelles de terrains très très vagues », éditions Asphodèle, collection « Minuscule » (2010) et « Je me souviens, c’est dimanche », éditions Asphodèle, collection « Confettis » (2013), ainsi qu’un premier roman remarqué, « Mailles à l’envers », sur l’enfance et l’adolescence blessées, en 2012. Son écriture est à la fois tendre, clinique, écorchée et irradiante.
Dans cette nouvelle publication, l’auteur reste fidèle à sa verve poétique. Il ne faut pas se fier aux apparences. Les mots exhibent leurs cicatrices et les bombes explosent «sous les fleurs de la tapisserie».
Marlène Tissot, c’est Bukowski au féminin: la même rage, la sensualité en plus.
François-Xavier Farine

Mon avis :

Elle nous parle d’elle, de déception, d’amour et de possible.
Elle nous parle de sa mère, de solitude, de l’enfance et de la vie.

En quelques phrases, elle interroge son monde, le monde, sa relation aux autres.
Elle nous parle de son univers, mais au fond, c’est de notre univers qu’elle parle.

Les textes, illustrés par les belles encres de Somotho, touchent et j’aurais pu vous recopier tout le recueil si ça pouvait vous convaincre de découvrir ces poèmes.

Extraits

Script

Les jours où je ne
comprends plus rien
je me dis
peut-être qu’on vit tous
dans une série télé
peut-être que j’ai juste
oublié d’apprendre
mes répliques
peut-être que je suis
restée coincée
dans la coupure pub

Faire semblant

Autrefois
je croyais que les adultes
ne pleuraient pas
n’avaient jamais peur
connaissaient toutes les réponses
je me disais que grandir nous transformait
qu’une étrange alchimie
rendait les choses plus simples
qu’on n’avait plus à s’inquiéter de rien
sauf gagner de l’argent
et se soucier de certains détails
comme
égoutter les nouilles
ou sortir le linge de la machine à laver
Evidemment je me trompais
les adultes sont juste des enfants
qui ont appris à faire semblant
et cachent leurs larmes et
tout un tas d’autres choses

Celle qui se cache sous les fleurs de la tapisserie

Je ne sais pas trop pourquoi
je mens et ce ne sont pas réellement
des mensonges mais plutôt des choses
que je passe sous silence
la peau de mon âme qui refuse
de se dénuder
comme si parler de moi
me faisait froid en dedans
alors je me tais
je me fais toute petite
planquée sous les fleurs de la tapisserie
et quand on m’oublie enfin tout à fait
j’invente des histoires
pour mettre le feu à la paille des jours
pour faire mon intéressante dans la solitude
des pages à carreaux

Détails :

Auteur : Marlène Tissot – Somotho (dessins)
Éditeur : Le Citron Gare
Date de parution : 2013

Cette chronique a déjà été lue 2043 fois.

%d blogueurs aiment cette page :