Siri Hustvedt m’avait habituée à une écriture différente, à des personnages et une intrigue plus recherchés. Beaucoup d’ennui avec ce livre, même s’il y a eu quelques passages intéressants.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Il y avait eu Elégie pour un Américain et Tout ce que j’aimais, deux romans que j’avais beaucoup aimés. Alors lorsque Krol a proposé de me le prêter, je n’ai pas hésité. Merci à toi Krol !

La quatrième de couv :

Incapable de supporter plus longtemps la liaison que son mari entretient avec une femme plus jeune qu’elle, Mia quitte brusquement New York pour se rendre dans le Minnesota et se réfugier quelque temps auprès de sa mère octogénaire. Parcours d’une femme blessée en forme de « lecture de soi » et d’inattendue épiphanie personnelle, ce roman solaire – féministe au meilleur sens du terme – irradie d’une énergie aussi rebelle que stimulante.

Mon avis :

Il l’a dit. Boris, celui avec lequel Mia est mariée depuis plus de 30 ans, l’a décidé. Il a besoin d’une pause. La Pause est plus jeune, collègue de travail et française. Voilà à peu près tout ce que sait Mia. Mais l’idée de perdre son mari la plonge pour quelques jours dans le désarroi, au point de se retrouver à l’hôpital. Alors, dès qu’elle recouvre ses moyens, elle fuit New York, son mari et l’idée de la Pause en allant habiter dans une maison près de sa mère âgée.

Pour passer le temps, elle rend visite tous les jours à sa mère et ses amies qui vivent dans une maison de repos. Elle s’occupe également un peu des enfants et des histoires de couple de sa voisine. Poète, Mia animera aussi un atelier de poésie pour des adolescentes. Ce qui devait être une découverte de la poésie se transforme très vite en atelier d’apprentissage de la vie. Et puis, il y a aussi cette étrange correspondance avec un certain M. Personne. Mia ne s’ennuie certes pas, mais elle prend son temps pour réfléchir à ce qui a mené son couple à la Pause. Elle revient sur ces années de couple, ce qui lie les personnes au fur et à mesure des années. Comment les souvenirs se partagent, s’emmêlent, pour ne finalement devenir plus que des souvenirs de couple et non plus des souvenirs individuels.

Il y a dans ce livre de belles images du couple au long cours. Une réflexion intéressante sur les écueils que doivent traverser les hommes et les femmes qui vivent ensemble depuis de nombreuses années. Mais il y a aussi de longues digressions sur la psychologie des personnages, directement ou indirectement liés à cette histoire du couple. Trop d’introspection qui, pour moi, n’apporte pas grand-chose à l’histoire ou à la narration. Et que dire de ce M. Personne dont je n’ai pas du tout compris l’utilité dans le déroulement des faits. Au final, un livre qui m’a beaucoup ennuyée, même s’il y a eu quelques passages intéressants.

Extrait :

Un livre est une collaboration entre celui ou celle qui lit et ce qui est lu et, dans le meilleur des cas, cette rencontre est une histoire d’amour comme une autre.

Détails :

Auteur : Siri Hustvedt
Traducteur : Christine Le Bœuf
Editeur : Actes Sud
Date de parution : 04/05/2011
224 pages

Cette chronique a déjà été lue 16667 fois.

%d blogueurs aiment cette page :