Une enquête bien ficelée, dont on ne devine pas la fin avant les toutes dernières pages. Bon moment de lecture.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’aime bien lire un policier de temps en temps. Et les enquêtes de l’inspecteur Bosch sont en général agréables à lire. Ça me permet de faire une pause parfois lorsque j’ai plusieurs livres « plombant » moralement à la suite. Merci à F. pour le prêt !

La quatrième de couv :

Deux balles dans la nuque : le Dr Stanley Kent a été exécuté. Sur les lieux du crime, Harry Bosch fait face aux fédéraux. Kent transportait du césium, une matière radioactive, et le FBI défend obstinément la thèse du complot terroriste. Dans le Los Angeles paranoïaque de l’après 11 septembre, Harry ne dispose que de quelques heures pour confondre les vrais coupables.

Né en 1956, Michael Connelly, maître incontesté du polar américain, a reçu les plus hautes distinctions littéraires dont l’Edgar du premier roman policier pour Les Égouts de Los Angeles. Il est notamment l’auteur du Poète et de Créance de sang, porté à l’écran par Clint Eastwood.

Mon avis :

Un docteur qui travaille avec des matières radioactives se fait tuer. Après le 11 septembre, il n’en faut pas beaucoup plus pour qu’immédiatement la thèse du complot terroriste se mette en place. Le FBI est tout de suite sur le coup, avec un coupable tout désigné, prénommé Samir. Un prénom à consonance arabe et la chasse au terroriste est ouverte, sans vraiment prendre en compte les preuves. Mais Harry Bosch, toujours un peu bourru et du style à marcher sur les pieds de tous les grands pontes, ne va pas se gêner pour mener sa propre enquête, quitte à se mettre tout le monde à dos.

Entre batailles entre services, problèmes politiques et paranoïa ambiante, Michael Connelly nous offre encore une fois une enquête bien ficelée, menée tambour battant du début à la fin. Et, bien sûr, vous ne connaîtrez pas le coupable avant les toutes dernières pages…

Détails :

Auteur : Michael Connelly
Traducteur : Robert Pépin
Editeur : Points
Date de parution : 09/04/09
278 pages

Cette chronique a déjà été lue 20812 fois.

%d blogueurs aiment cette page :