Avis plus que mitigé pour ce roman de Kate Atkinson.

La quatrième de couv :

Dans un coin paisible du Devon, une petite fille de six ans, Johanna Mason, est témoin d’un épouvantable massacre, dont elle est la seule rescapée. Trente ans plus tard, l’homme qui a été condamné pour ce crime sort de prison. A Edimbourg, Reggie, seize ans, travaille comme nounou chez un médecin, le docteur Hunter. Mais celle-ci disparaît, Reggie est la seule personne qui semble s’en apercevoir…

Mon avis :

Pour une fois je vais faire un avis en j’aime/j’aime pas, parce que j’avais vraiment envie d’avoir une belle rencontre avec ce livre et qu’elle n’a malheureusement pas eu lieu.

Ce que j’ai aimé :

Les personnages. Tous ou presque. Kate Atkinson nous les fait vivre avec des descriptions très complètes sur leur physique, leurs habitudes, leurs petites manies, mais aussi et surtout leurs pensées. Car tous les personnages de ce livre sont des rescapés de la vie. Et ils ont tous une force de caractère qui les pousse à aller plus loin.

La construction du roman. Avec ces histoires alternées qui tissent leur toile au fur et à mesure jusqu’au dénouement final. Au début on est parfois un peu perdu et au fur et à mesure, on comprend, on avance, on fait des rapprochements.

Ce que je n’ai pas aimé :

Ce qui m’a le plus dérangé dans la narration, ce sont les notes continuelles de bas de page. Entre les explications sur des références culturelles et la bibliographie des citations, j’avais l’impression de passer mon temps à lire les petites lignes et donc à ne pas entrer dans l’histoire.

Les personnages qui n’ont pas de justification dans l’histoire. Je ne suis pas entrée dans la narration et j’ai donc peut-être raté une étape. Mais je ne sais toujours pas ce que font les Needler dans cette histoire. Ils ressemblent à des electrons libres sans aucun rapport avec le reste de l’histoire. Mais je suis aussi peut-être passé à côté de cette connexion…

Bref, ça ne restera pas dans ma mémoire bien longtemps et le prochain livre de Kate Atkinson qui se trouve dans ma liste à lire ne risque pas de remonter de si tôt.

Extraits

« Vraiment, chaque fois qu’on disait au revoir à quelqu’un, on devrait faire attention, juste au cas où ce serait la dernière fois » p.107

Détails :

Auteur : Kate Atkinson
Editeur : Livre de Poche
Date de parution : 30/09/2009
458 pages

Livre lu dans le cadre du prix Indiana du Prix littéraire des blogueurs.

Les avis des autres membres du jury sont disponibles sur le site du Prix littéraire des blogueurs.

Cette chronique a déjà été lue 5814 fois.

%d blogueurs aiment cette page :