De l’amour, de la sensualité, un passé idéalisé, un présent convenu, du fantasme… et toujours et encore l’écriture si belle de Murakami.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

On avait eu d’abord La course au mouton sauvage, ensuite Après le tremblement de terre. On continue aujourd’hui la découverte de Murakami.

La quatrième de couv :

Hajime a connu pour la première fois l’amour en compagnie de la douce Shimamoto-San. Séparés par la vie, il n’a pourtant jamais oublié. Aujourd’hui, à l’aube de la quarantaine, Hajime est devenu un homme ordinaire et s’est construit une vie agréable entre sa famille et un métier qui lui plaît. Ce fragile équilibre résistera-t-il à ses retrouvailles avec Shimamoto-San ?

Mon avis :

Hajime est né enfant unique dans une famille japonaise. Un fait tellement rare dans les années soixante qu’au cours de ses six années d’école primaire, il ne croisera qu’une autre enfant unique : Shimamoto-San. Et de cette rencontre naîtra une relation elle aussi unique. Avec elle, il va découvrir les premiers émois de l’enfance, la musique, les moments partagés et les bonheurs tout simple. Mais Hajime déménage, ils se retrouvent dans des collèges différents et petit à petit, ils s’éloignent… Et ne se reverront pas pendant près de trente ans.

Trente ans pendant lesquels Hajime va vivre ou plutôt vivoter : un amour de lycée qui va mal tourner, des études qui ne l’intéressent pas, quelques histoires sans grandes importances, un premier boulot d’un ennui mortel. Bref, Hajime n’est pas heureux sans Shimamoto-San. Il le sait, il le sent, avec elle, sa vie aurait une saveur différente. Mais il n’arrive pas à la retrouver.

Et puis il rencontre Yukiko. Celle qui va devenir sa femme. Celle qui arrive enfin à le faire vibrer. Une nouvelle vie commence très vite pour lui : une passion qu’il va se découvrir avec ses clubs de jazz, deux enfants merveilleux, une belle voiture, une maison de campagne, un bel appartement, une femme aimante… mais le souvenir de Shimamoto-San est toujours là, comme un fantôme rodant autour de lui, sans relâche. Et trente ans plus tard, elle réapparait, bouleversant toute la vie bien rangé et toute tracé qu’il avait construite.

Murakami pose le problème du choix entre raison et sentiment, entre le passé (souvent idéalisé) qui ressurgit et le présent, bien ancré, mais qui peut sembler monotone. Entre sensualité et émotion, il nous entraine dans une histoire énigmatique, qui balaye tout sur son passage, quitte à faire mal aux autres, quitte à se faire mal aussi. Mais là où La septième rencontre de Wassmo nous offrait une fin assez attendue, Murakami nous plonge avec Hajime dans des questionnements sans fin. Est-on dans un monde fantasmatique ou est-ce toujours la réalité ? On ne sait pas, et c’est tant mieux !

Extraits

Aujourd’hui encore, je me rappelle nettement cette sensation si différente de tout ce que j’avais connu jusqu’alors, et de tout ce que je ressentis par la suite. C’était simplement la menotte tiède d’une fillette de douze ans. Mais il y avait, rangés à l’intérieur de ces cinq doigts et de cette paume comme dans une mallette d’échantillons, tout ce que je voulais et tout ce que je devais savoir de la vie.

Détails :

Auteur : Haruki Murakami
Traducteur : Corinne Atlan
Editeur : 10-18
Date de parution : 06/02/03
224 pages

Cette chronique a déjà été lue 8931 fois.

%d blogueurs aiment cette page :