Autour du monde - Laurent MauvignierDans un monde où les catastrophes se succèdent à un rythme effréné, que reste-il des peurs des autres quand on arrive à peine à se confronter à celles qui sont devant nos portes, ou au fond de nos cœurs?

La quatrième de couv :

Rencontrer une fille tatouée au Japon ; sauver la vie d’un homme sur un paquebot en mer du Nord ; nager avec les dauphins aux Bahamas ; faire l’amour à Moscou ; travailler à Dubaï ; chasser les lions en Tanzanie ; s’offrir une escapade amoureuse à Rome ; croiser des pirates dans le Golfe d’Aden ; tenter sa chance au casino en Slovénie ; se perdre dans la jungle de Thaïlande ; faire du stop jusqu’en Floride.

Le seul lien entre les personnages est l’événement vers lequel tous les regards convergent en mars 2011 : le tsunami au Japon, feuilleton médiatique donnant à tous le sentiment et l’illusion de partager le même monde.
Mais si tout se fond dans la vitesse de cette globalisation où nous sommes enchaînés les uns aux autres, si chacun peut partir très loin, il reste d’abord rivé à lui-même et à ses propres histoires, dans l’anonymat.

Mon avis :

Parce que pour lui «la seule chose qui compte vraiment c’est de partir et de découvrir le monde», parce qu’«à sa façon, il veut juste vérifier si le réel est à la hauteur de ses rêves, de ses désirs», Guillermo se retrouve au Japon en compagnie de son amante de passage, Yûko, en ce 11 mars 2011. Et très vite, dès les premières pages, c’est la vague énorme qui les submerge, qui nous submerge. Cette vague destructrice et qui, sous la plume de Mauvignier, laboure le ventre et donne l’impression de suffoquer.

Et, comme une vague, comme un éboulement de terrain, on va glisser et s’engouffrer dans 14 histoires. Toutes avec ce lien, souvent ténu, du 11 mars 2011. Du gagnant d’une croisière, célibataire un peu aigri, on passera aux vacances au Bahamas d’un groupe d’amis, puis à l’arrivée de deux étrangères à Tel-Aviv, l’une pour rejoindre une ONG, l’autre pour retrouver ses racines. Il y a aussi cet homme, arrivé en Russie pour le travail, et qui retrouvera un ancien collègue presque papa et avec qui il aura une aventure. Ou ce Philippin, exilé à Dubaï pour tenter de gagner un peu d’argent pour sa famille. Ce couple, où l’homme, dès le voyage de noce, assoira son emprise sur sa femme. Ou cette autre femme, qui aura préféré vivre une histoire avec un homme beaucoup plus âgé qu’elle, le père de son ex. Ces deux petits vieux aussi, l’un veuf depuis longtemps, l’autre séparé de sa femme, en froid avec ses enfants, et qui se retrouvent devant un choix difficile…

Tous ont vu passer l’événement du tremblement de terre au Japon. Chacun à un moment a entraperçu l’information, a été frappé par les images du tsunami qui a suivi. Certains ont suivi les risques de catastrophes nucléaires sur Fukushima. Mais dans ce monde où toute l’information arrive quasi instantanément sur nos écrans, dans ce monde où les catastrophes se succèdent à un rythme effréné, que reste-il des peurs des autres quand on arrive à peine à se confronter à celles qui sont devant nos portes, ou au fond de nos cœurs?

Même si ce n’est pas le même souffle que dans Seuls, Loin d’eux, Le lien ou le merveilleux Apprendre à finir, c’est quand même en apnée qu’on lit les ligne, saisi par la ponctuation précise, efficace. On suffoque, remué par les événements qui s’enchaînent et s’entrechoquent et on se surprend à prendre une grande respiration en reposant le livre. Et au final, ce que démontre Mauvignier, c’est notre infinie solitude, même dans ce monde globalisé, même quand tout semble nous relier les uns aux autres, comme tous «ces mots, par millions, qui s’écrivent, se lisent se froissent, s’oublient, s’ignorent, et (…) tous ces gens qui se frôlent et ne se rencontreront jamais».

Extraits

Un extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi.

Lire un extrait et les premières pages sur le site des éditions de Minuit.

Détails :

Auteur : Laurent Mauvignier
Editeur : Minuit
Date de parution : 04/09/2014
384 pages

 

Cet article a également été publié sur Hexagones – L’aventure du nouveau journalisme.

Cette chronique a déjà été lue 15146 fois.

%d blogueurs aiment cette page :