Après tout, la politique est-elle autre chose que le besoin irrépressible d’avoir la haute main sur des biens, et de prendre à leur place des décisions qui reviennent à d’autres? La liberté, qui est le contraire même de la propriété et du contrôle, ne peut donc résulter de l’action politique, que ce soit par les urnes ou sur les barricades, mais se développe plutôt à partir d’une attitude. Et s’il est une chose dont elle peut résulter, il se peut que cette chose soit le manque de sérieux.

Jambes fluettes, etc. – Tom Robbins

Cette chronique a déjà été lue 1343 fois.

%d blogueurs aiment cette page :