L’une ne va pas sans l’autre. Alors quand j’ai proposé à Deborah de partager ses lectures avec nous, j’ai tout naturellement demandé à Sarah par la même occasion. Sarah à une petite particularité qu’heureusement vous n’aurez pas à subir ici : c’est ce qu’on a fini par appeler un ver d’oreille. Mais si, vous savez. Ces gens qui arrivent TOUJOURS à vous mettre une chanson qui vous reste dans la tête une journée entière. Une spécialiste. enfin, vous n’aurez pas à subir ça. Découvrons simplement ses lectures.

Tu lis quoi Sarah ?

Je viens d’achever (de lire, bien sûr ;-)) Tante Mame, de Patrick Dennis.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Eh bien, surprise : ce livre m’a été conseillé par Tulisquoi ! Et comme souvent, Tulisquoi a de très bonnes lectures ! C’est l’histoire d’un petit garçon qui est recueilli par sa tante après le décès de son père. Mais attention, une tante pas comme les autres, un peu barge (n’ayons pas peur des mots), avec qui il va se retrouver dans des situations complètement folles. C’est un livre très plaisant, qui m’a fait beaucoup sourire.

Ton livre précédent ?

L’Heure des loups de Shane Stevens. Comme certaines le savent, j’ai eu beaucoup de mal à le lire, j’ai même dû le recommencer parce que je n’arrivais vraiment pas à me plonger dans l’histoire… Je ne sais pas pourquoi, peut-être trop de personnages, trop de détails ou pas assez, pas vraiment de surprises… Je n’ai pas accroché (sorry Shane).

Trois livres à emmener sur une île déserte ou les trois livres préférés

En effet, c’est pas facile d’y répondre ! Je pense que je prendrai Au bonheur des dames de ce cher Emile (Zola), j’ai adoré l’évolution de la petite Denise. Je prendrai aussi Sacrées sorcières de Roald Dahl : après l’avoir lu petite, j’étais convaincue que les sorcières existaient vraiment… ça m’a marquée (et encore maintenant, je regarde les pieds des femmes pour voir s’ils ne sont pas carrés). Et enfin, sûrement un Stephen King, j’hésite entre Salem et Bazaar. Disons Bazaar, parce que je n’ai pas encore eu l’occasion de le relire contrairement aux autres. J’ai eu beaucoup de mal avec Stephen King au début, j’ai pourtant une personne qui essayait de me forcer à les lire mais je pense que j’étais trop « jeune », ça ne m’intéressait pas… quel dommage ! J’adore la plupart de ses livres maintenant. Bien sûr, il y a d’autres livres que j’adore, mais ce sont des livres qui ont marqué mon enfance ou mon adolescence.

Corne ou marque-ta-page ?

Plutôt marque-page, même si je ne les ai jamais sur moi et que du coup j’utilise des bouts de papiers (tickets de caisse, de cinéma, etc.).

Plutôt lecture papier ou numérique ?

Les deux ! J’ai découvert le Kindle l’année dernière et il m’a agréablement surprise ! C’est vraiment comme si on lisait sur du papier, et en plus ça ne prend pas de place dans le sac. Je n’ai pas encore le réflexe d’acheter des livres sur le Kindle… Et je continue à les acheter en version papier (que j’adore aussi bien sûr), j’aime tourner les pages (non je ne suis pas folle) et voir où j’en suis réellement, et pas seulement en pourcentage…

Quelque chose à ajouter ?

En parlant de marque-page-ticket-de-caisse, il y en avait un dans le livre de Patrick Dennis appartenant à sa propriétaire, je n’oublierai pas de le rendre en même temps que le livre ;-). Et aussi : as-tu des lectures à nous conseiller pour l’été Tulisquoi ?

 

Sarah, voyons, je pense que tu peux le jeter ce ticket de caisse 😉
Sinon, en lecture pour l’été, ça va être compliqué. Je ne lis pas vraiment d’autres types de livres en été. Alors voilà des idées, mais pas forcément légères.
L’inquiétude d’être au monde, dont j’ai parlé en début de semaine. Loin d’être léger, mais tellement dense.
Le confident, d’Hélène Grémillon. Acheté vendredi sur les conseils de ma libraire et lu dans la journée. C’est l’histoire d’une femme qui perd sa mère et qui, au milieu des lettres de condoléances, découvre un étrange courrier. Le lettres vont continuer à arriver régulièrement, lui parlant de son histoire à elle. Pas mal du tout.
Salut Marie, d’Antoine Sénanque. Où comment on peut finalement rire de tout, même du deuil, même de la religion, quand c’est fait avec intelligence. Il faut que je vous en parle bientôt.
Pacifico du Comte de Kerkadek. La maison d’édition en avait parlé . Je n’ai pas encore beaucoup avancé, mais ça a l’air bien barré. Voir chez ePagine pour un avis.

Et sinon… Et bien sinon, il suffit de continuer à suivre le blog cet été. Il fonctionne au ralenti, mais il y aura encore bien d’autres conseils à venir.

Bon dimanche et bonnes vacances à ceux qui y sont enfin !

Cette chronique a déjà été lue 2592 fois.

%d blogueurs aiment cette page :