L’article d’hier étant déjà très long, j’ai préféré, pour reposer vos yeux, vous proposer la suite aujourd’hui.

Hier je vous donc déjà présenté les conférences auxquelles j’ai participé. Aujourd’hui, comme promis, nous allons discuter de la rencontre, les déambulations dans les stands et les livres ramenés.

La rencontre

J’avais lancé un appel pour les Messins à se rencontrer pour boire un petit café. Liyah est encore, très, loin et n’a donc pas pu se joindre à nous (mais ce n’est que partie remise, n’est-ce pas Liyah ? On attend tes dates de retour !). **Fleur** n’était pas disponible non plus pour ce week-end. Mais heureusement, je n’ai pas bu un café toute seule, car Matilda s’est jointe à moi. Nous avons donc bravé le soleil cuisant pour nous reposer un peu en terrasse. Après ça direction le chapiteau pour faire un tour. Et pour finir, je lui fais découvrir un bouquiniste qu’elle ne connaissait pas ainsi que l’excellente librairie anglaise que nous avons à Metz. Je crois que c’est clair, Matilda me déteste maintenant, car je lui ai montré des lieux de perdition pour son porte-monnaie, en plus de tous ceux qu’elle connaissait déjà. Seule erreur de cette rencontre ? Nous n’avons pas pensé à immortaliser cela par une photo !

La déambulation dans les stands et un livre

Avec Matilda nous avons été assez déçues. Pourtant, c’était déjà comme ça les années précédentes, mais à chaque fois j’oublie. Le problème à Metz, c’est que les auteurs ne sont pas présentés par maisons d’édition, mais par librairie. Ce qui me gêne dans cette configuration, c’est que j’aimerai dans ce genre de manifestation découvrir de nouvelles maisons que je ne connais pas. Qui sont trop petites pour avoir une bonne exposition dans les librairies, mais qui pourraient être mises en avant lors de salon.

Je comprends bien que cela doit être compliqué pour une ville comme Metz. Le salon est trop petit pour représenter toutes les maisons d’édition et surtout que cela soit rentable pour elles. Mais voilà, ça me dérange.

Cela mis à part, Matilda a quand même profité de cette balade pour discuter et faire dédicacer deux romans jeunesse. Pour ma part, je me suis laissée tenter par Tu m’envoies un mail? de Emmanuelle Friedmann. Repéré sur les blogs, je suis d’autant plus attirée lorsque l’auteur me dit que c’est tiré de sa propre expérience. Hop, dans le sac. Maintenant, vite de l’air ! Il fait chaud sous ce chapiteau !

La découverte

Pour finir, une découverte pour les Messins exclusivement. Dites, vous saviez vous, que tous les premiers samedi du mois, il y avait le marché des bouquinistes, place d’Armes à Metz ? Parce que moi j’ai découvert ça ce week-end. Exceptionnellement, ils étaient présents place de Chambre ce week-end, mais dès le 3 juillet, retour de 8h à 12h à côté de la mairie et de la cathédrale. Il y avait sur place un peu de tout : du livre ancien (Myriam, peut-être une occasion de trouver ton livre ?), du roman, de la BD… Bref, il y en a pour tout le monde.

Donc, il y avait déjà trois bouquinistes à Metz où j’allais plus ou moins régulièrement m’approvisionner. Maintenant, il y a en plus une fois par mois des bouquiniste supplémentaires… On va tout droit à ma perte !

Très sage pourtant ce week-end, je n’en suis revenue qu’avec un nouveau Murakami (Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil) et un Romain Gary (La vie devant soi), parce qu’à force d’en entendre parler chez Flou, j’avais vraiment envie de découvrir cet auteur.

Voilà, on a fait le tour ! Des photos et vidéos devraient être disponibles sur le site de L’Eté du Livre, à défaut des miennes. L’année prochaine, je m’organise un peu mieux et je pense à prendre mon appareil photo !

Bonne journée à toutes et à tous !

Cette chronique a déjà été lue 4158 fois.

%d blogueurs aiment cette page :