Véritable ras de marée depuis trois mois, Indignez-vous a dû souvent être posé au pied du sapin de Noël. Des raisons de s’indigner ? Oui, bien sûr, mais on reste quand même un peu sur sa faim.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Indignez-vous ! Ce livre, je le voyais partout avant Noël. Alors, après La crise, j’ai eu envie de savoir ce qui poussait tellement de gens à s’indigner.

La quatrième de couv :

«93 ans. La fin n’est plus bien loin. Quelle chance de pouvoir en profiter pour rappeler ce qui a servi de socle à mon engagement politique : le programme élaboré il y a soixante-six ans par le Conseil National de la Résistance !» Quelle chance de pouvoir nous nourrir de l’expérience de ce grand résistant, réchappé des camps de Buchenwald et de Dora, co-rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948, élevé à la dignité d’Ambassadeur de France et de Commandeur de la Légion d’honneur !

Pour Stéphane Hessel, le «motif de base de la Résistance, c’était l’indignation.» Certes, les raisons de s’indigner dans le monde complexe d’aujourd’hui peuvent paraître moins nettes qu’au temps du nazisme. Mais «cherchez et vous trouverez» : l’écart grandissant entre les très riches et les très pauvres, l’état de la planète, le traitement fait aux sans-papiers, aux immigrés, aux Roms, la course au « toujours plus », à la compétition, la dictature des marchés financiers et jusqu’aux acquis bradés de la Résistance – retraites, Sécurité sociale… Pour être efficace, il faut, comme hier, agir en réseau : Attac, Amnesty, la Fédération internationale des Droits de l’homme… en sont la démonstration.

Alors, on peut croire Stéphane Hessel, et lui emboîter le pas, lorsqu’il appelle à une «insurrection pacifique».

Mon avis :

Indignez-vous ! Efficace comme un leitmotiv, ce tout petit livre de tout juste 22 pages (le reste étant des notes de l’éditeur et une postface) a suscité un énorme engouement juste avant les fêtes, au point que certaines librairies se sont retrouvées en rupture de stock. Plus de 500 000 exemplaires ont été écoulés en à peu près trois mois. Visiblement cadeau de Noël parfait pour de nombreuses personnes, certaines allant même jusqu’à en acheter dix exemplaires pour le faire lire autour d’elles. Et puis, les journaux ensuite. L’express a publié les cinq préceptes principaux, selon eux, de ce livre. Rue89 a consacré une interview intéressante à l’auteur. Slate, Actualitté, LePoint, Le Monde… Tous y sont allés de leur article sur le phénomène Hessel. Alors au final, qu’en est-il de ce livre ?

Il y a déjà un homme, Stéphane Hessel, 93 ans, ancien résistant, membre du Conseil de la Résistance et qui a participé à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’homme. Un homme, donc, qui en son temps s’est battu pour une France libre et qui aujourd’hui encore trouve la volonté et la force de se battre pour ses idées. Un homme qui mérite du respect, de mon point de vue.

Ensuite, il y a ces 22 pages. 22 pages qui finalement sont beaucoup trop courtes pour traiter des sujets aussi vastes que les Roms, les sans-papiers, la Palestine, l’écart qui se creuse entre les riches et les pauvres, l’économie mondiale, la Sécurité Sociale, le terrorisme, la responsabilité personnelle… Alors, oui, on a toutes les raisons de s’indigner devant le traitement fait aux Roms et aux sans-papiers. Oui, personne n’aime voir que finalement les riches deviennent beaucoup plus riches pendant que les pauvres sont de plus en plus pauvres. On est tous d’accord pour dire que l’indifférence est pire que tout. Que le terrorisme c’est mal et que la non-violence est une réponse possible aux attaques. Oui à tout ça.

Sur le fond, on tombera (presque) tous d’accord sur les propos de Stéphane Hessel, et comment ne pas l’être ! Sur la forme, il manque une analyse plus approfondie des propos avancés (comment traiter le problème palestinien en seulement deux pages !), des propositions pour avancer et non pas en rester au stade de la critique. Car, en refermant ses quelques pages, on se dit « bah oui, ok, c’est vrai ». Mais finalement, on reste un peu sur sa faim.

En même temps, ce monsieur encore très actif continue à se battre de son côté et certainement à faire des propositions par ailleurs. Ce n’était peut-être simplement pas le but de ce livre. Il reste qu’avec ce titre, l’auteur a réussi à cristalliser le malaise d’une société.

Extraits :

Un premier extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi.

Détails :

Auteur : Stéphane Hessel
Editeur : Indigène Éditions
Date de parution : 20/10/10
32 pages

Cette chronique a déjà été lue 24083 fois.

%d blogueurs aiment cette page :