Quel héritage religieux transmettre à son enfant quand on craint soi-même Dieu depuis tout petit ? Shalom tente de répondre par la dérision… en espérant que Dieu ne lui en voudra pas trop !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Ce livre fait partie de la sélection du Prix littéraire des blogueurs dans la catégorie Indiana. Vous pouvez lire les avis des autres membres ici.

La quatrième de couv :

Jeune époux et futur papa, Shalom pourrait être le plus heureux des hommes. Mais l’enfance peut commettre bien des ravages… Élevé dans la plus stricte orthodoxie juive, il en a gardé une vision très personnelle du « Tout-Puissant » et une paranoïa aiguë. Trente-cinq ans que cela dure. Trente-cinq ans d’une relation complexe, faite d’incompréhension et de pure terreur. Alors, à l’adolescence, Shalom s’est rebellé : gavage de hot dogs, lectures pornos… Et il a attendu, tremblant, le châtiment divin. Mais rien… Aujourd’hui, la grossesse de sa femme le laisse désemparé. Partagé entre son désir d’émancipation et sa peur maladive de Dieu, le voilà confronté à l’agonisante question : quel sort doit-il réserver au prépuce de son enfant ?

Mon avis :

Imaginé que depuis tout petit, on vous serine que Dieu vous surveille, partout, tout le temps, et que tout ce que vous ferez de mauvais dans votre vie se retournera contre vous ou votre famille. Pire même, on vous laisse croire que cela risque de tuer vos proches. Il y a de quoi traumatiser un enfant. Et lui laisser des séquelles psychologiques à vie. C’est ainsi que Shalom a grandi. Dans une religion stricte où manger non casher pouvait entrainer la fureur de Dieu, mais où en même temps son père pouvait s’emporter violemment contre les siens. Alors forcément, à l’adolescence il se rebelle. Et ne voit aucun châtiment divin arriver. Mais il sait que Dieu doit attendre son heure pour le punir. Et son heure, ça ne serait pas maintenant ? Alors que sa femme attend son premier enfant ?

Ce livre, c’est celui que lui conseille d’écrire son psychologue. Pour expliquer à son fils pourquoi il ne verra pas beaucoup ses grands-parents. Pourquoi aussi son père a peur du Jugement de Dieu. Tout le temps. Et pourquoi, d’un coup, le prépuce de son enfant prend une telle importance dans sa vie. Pourquoi aussi son père continue de croire en Dieu à cause, ou malgré, son histoire.

L’humour peut sembler limite parfois dans ce roman : insulter Dieu, en général, ça ne se fait pas. Surtout pour qui a reçu une éducation religieuse stricte. Mais dans ce roman, on assiste plus à une condamnation des biens pensants qui cherchent à inculquer des préceptes et des règles qu’eux-même ne respectent bien souvent pas. Car au fond, sur un ton humoristique mais un peu désespéré parfois, il aimerait bien y croire en Dieu, Shalom. Mais tout simplement pas à ce Dieu qui tue, qui juge, qui condamne. Ce n’est pas ça qu’il a envie de transmettre à son fils. Alors il fait ses petits arrangements avec Dieu, à sa sauce. En espérant que ça suffise pour le protéger lui et sa famille.

On sourit souvent devant les subterfuges que Shalom met en place pour essayer d’avoir Dieu dans sa poche. Mais on sent aussi tout le désespoir d’un adulte qui tente, tant bien que mal, de transmettre quelque chose de positif à son fils. Et quelqu’un qui attend enfin qu’on l’aime pour ce qu’il est. Même si lui n’aime pas le Dieu qu’on a voulu lui imposer quand il était petit.

Extraits

Un premier extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi.

Je suis rentré à la maison dans un état second. J’avais passé douze ans à tenter de me garantir un espace à moi, de construire un foyer où je serais aimé pour ce que j’étais et non détesté pour ce que je n’étais pas. Je venais juste de commencer à y réussir, un succès porteur de joie, une joie porteuse d’enfant, un enfant qui menaçait maintenant d’aider ma première famille à faire de nouveau irruption dans ma vie. Avec sans cesse avec moi, collant comme une maladie vénérienne, le Seigneur.
A un feu rouge, j’ai fait halte à côté d’un semi-remorque appartenant à une société de transport, Guaranteed Overnight Delivery. Sur la paroi, l’acronyme s’étalait en lettres rouges de trois mètre de haut : G.O.D. Encore Lui.
– Très marrant, Dieu.
Connard.

Détails :

Auteur : Shalom Auslander
Traducteur : Bernard Cohen
Editeur : 10-18
Date de parution : 20/08/2009
306 pages

Cette chronique a déjà été lue 4355 fois.

%d blogueurs aiment cette page :