La photo au-dessus du lit - Bertrand Schefer C’est un livre sur le chemin nécessaire à refaire pour consoler l’enfant qui a été et accompagner le pardon nécessaire de l’adulte actuel. 

La quatrième de couv :

Que voit-il, cet enfant, sur la photo accrochée au-dessus du lit ? Et pourquoi le conduit-on, à l’âge de huit ans, dans une chambre inconnue pour le mettre devant cette image sidérante ?

Mon avis :

Il a besoin de se défaire de ce jour-là. Celui qui a eu lieu il y a plus de 30 ans, le jour « le plus important de ta vie peut-être« . Et c’est parce qu’il a l’impression d’être enfermé dans cette photo depuis ce jour-là qu’il s’adresse à ce « tu » imaginaire, nous prenant en témoin direct de ce qu’il a vécu.

Aujourd’hui il refait le chemin inverse. Tente de retrouver le jour, l’arrondissement, les couleurs de ce qui devait être un mercredi ou un samedi, selon ses souvenirs. C’est en bus, pense-t-il, que sa mère l’a amené à ce déjeuner avec son amant et sa femme. Bien sûr, se retrouver pris dans ce trio amoureux n’est pas le plus simple à gérer pour un garçon de 8 ans. Mais c’est la violence de cette photo au-dessus du lit conjugal qui va le marquer dans sa vie : « Malgré les trente années qui t’en séparent, ton oeil ne s’est toujours pas accoutumé à cette image dont tu sentais peu à peu arriver la présence, exactement, oui exactement comme une photo révélée dans son bain argentique. » Cette photo de suicide qui a détruit le couple vivant là, a rendu presque fou l’amant de sa mère et a marqué un petit garçonnet pendant plus de 30 ans…

Parce que si aujourd’hui il refait ce chemin inverse, c’est pour essayer de comprendre pourquoi on lui a imposé ça : « Ta mère t’amener là, te montrer ça, t’arracher à tes murs consciencieusement perforés, à tes livres déchiquetés pour te conduire dans la chambre mortuaire de l’amant. Aujourd’hui quoi ? Dire que toutes les images de ta vie ont dépendu de celle-ci. » Mais il s’agit de trouver aussi comment pardonner ce traumatisme. Comment l’assimiler avec un regard d’adulte et trouver « un peu d’aménité et de douceur pour toutes ces ombres« .

C’est un livre sur le chemin nécessaire à refaire pour consoler l’enfant qui a été et accompagner le pardon nécessaire de l’adulte actuel. C’est revoir avec indulgence les ombres qui flottaient autour de sa mère. C’est mettre des mots sur ce qui a blessé afin de pouvoir dire « je » et accompagner à son tour un enfant, sans ces ombres-là…

A lire si…

La photo et son pouvoir vous intéresse…

Extrait :

Lire un extrait sur le site de la maison d’édition.

Un extrait a été publié dans L’extrait du mardi.

Détails :

Auteur : Bertrand Schefer
Éditeur : P.O.L
Date de parution : 11/2014

 

Cet article a également été publié sur Hexagones – L’aventure du nouveau journalisme.

Cette chronique a déjà été lue 4733 fois.

%d blogueurs aiment cette page :