La quatrième de couv :

Tout en haut du mont Tonnerre, dans un drôle de village peuplé de femmes, l’une d’entre elles, la mano triste attend patiemment dans sa maison à courants d’air. Elle attend les hommes qui remontent du fleuve à chaque saison douce , et surtout Jo géant, avec son coeur tout miel…
Un voyage aux airs de conte, doux et inquiétant.

Mon avis :

Dans l’ordre de parution, ce livre est le premier de Véronique Ovaldé. Moi, j’avais commencé par Et mon coeur transparent que j’avais déjà apprécié. Ici on est dans un style différent. Un véritable conte doux et inquiétant, tel que noté dans la quatrième de couv’.

Doux, car c’est l’histoire de ces femmes qui vivent sur le mont Tonnerre et qui ont décidé de se passer des hommes. Ces hommes qui ne leur servent à rien, qui ne supportent pas la saison triste et qui « demande beaucoup et […] donne très peu ». Elles tentent donc avec leurs enfants de lutter contre la maladie grise qui sévit pendant la saison triste en se soutenant et en revêtant leurs plus beaux vêtements colorés pour conjurer cette dépression qui s’empare des madous qui se laissent aller.

Inquiétant, car la mano triste du mont n’arrive plus à se battre contre cette maladie grise, elle qui n’a ni enfants ni homme à l’horizon. Jusqu’au jour ou Jo le géant apparait dans cette communauté et lui redonne enfin le sourire. Mais plutôt que d’apprécier son nouveau bonheur, la peur s’immisce en elle et va l’amener à faire des choses qui vont détruire le bel équilibre de ce mont.

Un vrai moment d’évasion. Un vrai beau conte pour adulte.

Détails :

Auteur : Véronique Ovalé
Editeur : Points
Date de parution : 31/05/2006
154 pages

Cette chronique a déjà été lue 1478 fois.

%d blogueurs aiment cette page :