Amateur de l’absurde, ce livre est fait pour vous. À déguster comme un bon vin, petit texte après petit texte. Un vrai régal.

La quatrième de couv :

Dans la préface qu’il a rédigée pour ce choix de textes humoristiques écrits par Robert Benchley au cours de sa féconde carrière dans les plus célèbres revues de son temps – Vanity Fair et The New Yorker -, le propre fils de l’auteur nous prévient : il faut lire ce recueil avec précaution, tout au moins « à dose homéopathique ». Membre du célèbre Round Table de l’hôtel Algonquin, qui réunissait les esprits les plus brillants de l’époque (Dorothy Parker, James Thurber entre autres), Robert Benchley se montre digne de ses pairs et peut-être même leur maître à tous dans le registre du nonsense où il déploie une insolence glacée ainsi qu’un sens du coq-à-l’âne et de la logique (souvent inversée) qui ont peu d’équivalents dans la littérature universelle. Benchley, on adore ou on déteste, impossible en revanche de rester indifférent à cette sorte de philosophie de la vie qui prend à contre-pied. Avec modération ? C’est à voir : Benchley, c’est aussi un antidote contre tous les supplices de la vie quotidienne.

Mon avis :

Vous avez toujours rêvé de connaître La vie sociale du triton ? Benchley vous relate l’expérience de la parade nuptiale de ces derniers, incapables de faire la différence entre le triton femelle et une vulgaire gomme à crayon ordinaire.

Des invités à la maison pour tout le week-end ? Benchley vous convaincra « De la Nécessité d’une Définition plus Claire des Rapports d’Hôte à Invité pendant les Visites de Week-end ». Quoi de plus désagréable en effet que ce ballet qui se joue pour d’un côté, faire plaisir à son hôte et donc essayer de se plier à ses habitudes et de l’autre, l’hôte qui va se mettre en quatre pour surtout mettre son invité à l’aise. Lisez le texte Le supplice des week-ends et vous pourrez enfin passer un week-end agréable, que vous soyez hôte ou invité.

Vous avez des problèmes d’organisation ? Comment venir à bout de tout ce qu’on doit faire est fait pour vous ! Un extrait pour vous convaincre de l’utilité de ce texte ? « N’importe qui peut accomplir n’importe quelle tâche, aussi lourde soit-elle pourvu que ce ne soit pas celle qu’il soit censé accomplir à ce moment-là. » Evident, n’est-ce pas ?

La prochaine fois que votre enfant vous posera la question Est-ce que les insectes pensent ?, ouvrez Benchley à la page 60 et vous aurez la réponse. Avec une démonstration digne des plus grands scientifiques !

Et ceci n’est qu’un petit aperçu de l’aide que Benchley pourra vous apporter dans votre vie de tous les jours. Mais sachez que vous retrouverez aussi des conseils si vous devez accueillir un petit camarade de jeu à la maison (L’étranger dans nos murs), un exposé sur la valeur de l’argent virtuel comparé à l’argent réel (La clef des finances internationales), comment survivre en tant que père voyageant seul avec un enfant en train (Le voyage en wagon d’enfants), un petit précis du français à l’usage des Américains, etc.

On adore ou on déteste, dit la quatrième de couverture ? Moi j’adore ! Il y a là un humour totalement à part, des piques sur la vie sociale et culturelle (avec Arguments d’opéra par exemple) qui, même si ces textes ont été écrits il y a un bon moment déjà, reste toujours d’actualité et surtout (surtout !) un sens de l’absurde absolument extraordinaire. A lire !

Extraits

Un premier extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi.

« Aujourd’hui, la seule différence qu’il y a entre un dimanche après-midi à la ville et un dimanche après-midi à la campagne est que dans le second cas, vous ne connaissez pas les gens qui s’asseyent sur vos genoux. » p.189

Détails :

Auteur : Robert Benchley
Editeur : Robert Laffont
Date de parution : 14/01/10
302 pages

Cette chronique a déjà été lue 13906 fois.

%d blogueurs aiment cette page :