Découvrez la vie d’un journal et les dessous des salles de rédaction. Tom Rachman nous déroule l’histoire d’un titre sur plus d’un demi siècle !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Choisis totalement au hasard, chez le bouquiniste.

La quatrième de couv :

Ils sont pathétiques, ils sont incompétents, ils sont harcelés par le destin – bref, ils sont irrésistibles. Ces éternels abonnés à l’infortune ont tous en commun de graviter autour d’un anonyme et farfelu journal international basé à Rome.

Sous la houlette du très incapable directeur de la publication Oliver Ott, petit-fils de l’énigmatique fondateur du quotidien, il y a entre autres Lloyd Burko, vieux correspondant à Paris, au bout du rouleau et prêt à tout pour vendre un article ; Arthur Gopal, le préposé aux nécrologies et aux mots croisés, frappé par une tragédie familiale qui va donner un ironique coup d’accélérateur à sa carrière ; Winston Cheung, pigiste débutant au Caire, vampirisé par un reporter sans foi ni loi ; Ruby Zaga, la vieille fille persuadée (à raison) d’être la paria de la rédaction ; ou encore Ornella de Monterrecchi, lectrice un peu trop scrupuleuse à qui sa fidélité exhaustive a coûté vingt ans de retard sur l’actualité…

Roman choral magistralement orchestré, Les Imperfectionnistes raconte, en onze histoires croisées, les mésaventures hilarantes de ces « chiens écrasés » de l’existence, dressant au passage, avec une acuité redoutable, la fresque d’un demi-siècle dans les coulisses de l’univers médiatique, de son âge d’or à son crépuscule.

Mon avis :

Vous avez toujours rêvé de savoir comment ça se passe dans une salle de rédaction ? Les imperfectionnistes pourra vous en donner un bon aperçu. C’est en 1953 que Cyrus Ott décide de lancer à Rome un journal de langue anglaise qu’il décide de distribuer dans le monde entier. Pourquoi cet Américain veut se lancer de Rome ? Ça, c’est une petite partie de l’histoire. Mais que je ne vous le révélerai pas ; il faut laisser un peu de mystère quand même. Mais toujours est-il que contre toute attente, cela fonctionne. Tous les journalistes veulent travailler pour lui et son journal se vend partout.

A travers les histoires et les points de vue des rédacteurs en chef, de la secrétaire de rédaction, des journalistes, des pigistes, du correcteur ou même de certains lecteurs, Tom Rachman nous déroule l’histoire du journal, de son fondateur, mais aussi de ceux qui vont, au fur et à mesure, reprendre ce titre, l’histoire courant de 1953 à 2007. Tour à tour chacun des protagonistes prend la parole et nous parle aussi bien de sa vie que de son rôle au sien de la rédaction. Le tout est entrecoupé de l’histoire du journal en lui-même.

Bien loin de l’image sérieuse, intègre et réfléchie du journaliste, Tom Rachman nous livre des portraits plus humains de ceux qui font l’actualité. La recherche de la vérité ou du scoop est parfois bien loin quand cela rentre en conflit avec des intérêts plus personnels. Les personnages sont attachants, l’histoire bien équilibrée entre les portraits des différents protagonistes et l’histoire du journal et, même si on verse parfois un peu dans la caricature, il y a assez de rebondissements et de péripéties pour nous faire tourner les pages rapidement. Pas inoubliable, mais un bon moment de lecture.

Détails :

Auteur : Tom Rachman
Traducteur : Pierre Demarty
Editeur : Grasset
Date de parution : 02/2011
400 pages

Cette chronique a déjà été lue 6390 fois.

%d blogueurs aiment cette page :