Un meurtre, une overdose ou un deal qui aurait mal tourné ? Gabriel, technicien de l’identité judiciaire, va devoir payer de sa personne pour rendre justice à un toxicomane anonyme.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Un peu par hasard. On m’a prêté ce livre et il est arrivé à un moment où j’avais envie de lire un policier.

La quatrième de couv :

Une grille, trois marches, l’entrée des urgences […] Entassés dans le hall, des gens assis sur des bancs en fer attendent leur admission. A l’intérieur, les tumeurs qui dévorent, les virus qui s’étendent, les artères bouchées. Et puis les meurtres. Que représentent deux morts de plus dans cette guerre quotidienne, dissimulée derrière les murs de l’hôpital ? Rien, sauf pour Gabriel Ilinski, le technicien de scènes de crime appelé sur les lieux. Il est le seul à ne plus pouvoir les oublier. Tout, y compris son amour pour une femme, médecin, le ramène à l’hôpital Lariboisière. Il ira jusqu’à se faire admettre aux urgences pour mener son enquête dans les entrailles souffrantes de la ville.

Les yeux des morts est un roman déroutant dans un Paris âpre et nocturne habité par les oubliés et les exclus. Avec ce premier roman à paraître en Série Noire qui conjugue enquête clinique et histoire d’amour toxique, Elsa Marpeau fait une entrée remarquable sur la scène littéraire française.

Mon avis :

Le cadavre d’un toxicomane est retrouvé près de l’hôpital Lariboisière. Alors, bien sûr, un toxicomane, ça n’intéresse pas grand monde. Sauf Gabriel, technicien de l’identité judiciaire. Malgré des années dans la police, chaque corps retrouvé est pour lui une souffrance, une obsession, tant que le meurtrier n’est pas retrouvé. A tel point que chaque affaire non élucidée trouve sa place dans une pièce de son appartement, au cas où, un jour, de nouveaux éléments apparaîtraient… Alors ce toxicomane, il fera tout pour prouver que ce n’est pas qu’une overdose, ou un deal qui aurait mal tourné. Surtout que c’est le deuxième meurtre étrange qui se passe près ou dans l’hôpital Lariboisière.

Gabriel va payer de sa personne afin de s’infiltrer en tant que patient dans cet hôpital. De l’intérieur, on découvrira le service des urgences, entre infirmières à bout, SDF venus là pour tenter de passer la nuit au chaud, médecins froids qui ont oublié le côté humain de leur métier… Mais Gabriel ira jusqu’au bout pour rendre justice à ces paumés dont plus personne ne semble se soucier. Quitte à verser un peu dans l’illégalité…

Un policier qui fonctionne plutôt bien, loin des tours de passe-passe technologique qui truffent maintenant les séries consacrées aux services de la police scientifique. Il reste que les personnages restent parfois un peu superficiels et qu’on a du mal à s’y attacher. Le dénouement, lui, est peut-être un poil trop inattendu pour sembler réellement plausible. Pour autant, ce premier roman reste intéressant à lire et, au moins, ne fait pas partie de ces policiers où on voit arriver la chute bien trop tôt !

Détails :

Auteur : Elsa Marpeau
Editeur : Gallimard
Date de parution : 09/09/2010
245 pages

Cette chronique a déjà été lue 3019 fois.

%d blogueurs aiment cette page :