Autant vous le dire tout de suite. Je n’ai repris mon rythme de lecture que récemment. Il y a même eu un mois, en février ou mars, où je n’ai lu qu’un seul livre… Et là, j’ai eu peur. Un seule livre ? Mais comment cela est-il possible ? Bon, si vous avez raté l’épisode précédent, voilà le pourquoi du comment.

Mais bref. Parlons lecture, et surtout parlons de la maison d’édition Walrus aujourd’hui.

Équipée depuis sa sortie d’un iPad nouvelle génération (cadeau que je me suis offert après toutes ces heures de boulot acharné), j’ai pu découvrir le magazine de Walrus, conçu justement pour lecture sur iPad. Même si à la base je ne suis pas forcément pour un format qui va être accessible seulement par un support, j’ai trouvé le magazine bien fait. Agréable à lire sur iPad. Mais le plus important, c’est qu’il contenant une interview d’un auteur que je ne connaissais pas, Guillermo Alverde et son Je suis rage. Qui mérite une chronique à lui tout seul. Donc je vous en reparle bientôt.

In my head - Jiminy PanozToujours chez Walrus, j’ai découvert aussi In my head de Jiminy Panoz, dont on a déjà parlé ici. Là, c’est l’histoire d’un psychopathe qui s’en prend à une starlette hollywoodienne. Il la kidnappe pour prouver au monde qu’elle n’a aucun talent et que sa beauté n’est qu’artificielle… Présenté selon plusieurs points de vue, c’est un livre sympa à lire, même si je n’ai pas entièrement accroché. Peut-être parce que j’avais vu arriver la fin un trop vite ? Il me reste maintenant à découvrir Spirit of 76′ toujours du même auteur.

Pour finir avec Walrus aujourd’hui, il faut aussi que je vous parle de La boîte de Schrödinger d’Olivier Gechter. Conçu comme des saisons, « le désir secret de La Boîte de Schrödinger est de devenir, toute proportion gardée, l’équivalent textuel de ce que La Quatrième Dimension fut pour la télévision il y a quelques dizaines d’années, à savoir un formidable laboratoire de scénaristes, de conteurs, d’auteurs et d’inventeurs ».

LLa boite de Schrödinger‘éditeur propose donc ici cette première saison en téléchargement complet ou par épisode. Si je n’ai aucun souvenir de La Quatrième Dimension, je me souviens en tout cas très bien des Comptes de la crypte que j’adorais regarder. Et c’est un peu à ça que m’ont fait penser ces histoires. Bien ficelées, bien racontées, avec une petite dose de fantastique, juste ce qu’il faut d’étrange… Cette première saison de La boîte de Schrödinger est tout à fait cohérente dans son ensemble et donne envie de découvrir la saison deux, d’une part, et d’autre texte de cet auteur, d’autre part. Une belle réussite.

Bon dimanche et à bientôt pour de nouvelles lectures !

Cette chronique a déjà été lue 1956 fois.

%d blogueurs aiment cette page :