Manuel d'écriture et de survie - Martin PageC’est plein de sensibilité, de failles, de tendresse, d’optimisme aussi et ça fait du bien !

La quatrième de couv :

Martin Page répond aux lettres d’une jeune écrivaine prénommée Daria. Tout en lui donnant des conseils d’écriture, il esquisse des moyens de se débrouiller avec le monde, avec le milieu littéraire, avec ses propres névroses et fragilités. Au fil de ce dialogue, il brosse aussi une sorte d’autoportrait. Entre dépression et exaltation, il nous parle de l’art sauvage de l’écriture, un art encore jeune, riche de possibilités. Sans escamoter la dureté sociale ni la réalité des coups et des blessures, il défend l’imagination comme forme de résistance et de création intime. La littérature est un sport de combat autant qu’un des grands plaisirs de l’existence.

Mon avis :

Non ce petit manuel ne vous apprendra pas à écrire, ni à devenir un écrivain célèbre. Au fil de ces pages, au fil de cette conversation imaginaire entre Daria, jeune auteur en devenir et pleine de doutes, et Martin Page, c’est surtout de liberté qu’il est question, d’ouverture aussi, vers le monde, les autres et l’art en général.

Face à ses incertitudes, ses questions sur la qualité de son texte, il lui prodigue des conseils, non pas en tant qu’écrivain reconnu et sûr de son fait, mais en tant que personne qui elle-même doute, essaye, décortique, et tient son art en haute estime.  « La facilité avec laquelle certains publient des livres bâclés ne doit pas nous conduire à oublier d’aimer notre art« , lui rappelle-t-il, tout en mettant en avant cette période excitante où « on peut écrire des romans, des essais, des livres pour enfants, de la bande dessinée, de l’autofiction« .

Bien sûr, rien n’est idéalisé. L’auteur aborde également les moments de doute, face à des refus de manuscrits, les tracas administratifs, les fins de mois parfois difficiles. Mais il lui offre avant tout la légitimité d’écrire, tout comme « tout le monde devrait écrire. En tout cas, avoir cette possibilité et s’y sentir autorisé. »

C’est plein de sensibilité, de failles, de tendresse, d’optimisme aussi et ça fait du bien !

Extrait :

Un extrait a été posté dans l’extrait du mardi.

Détails :

Auteur : Martin Page
Editeur : Seuil
Date de parution : 02/05/2014
176 pages

Cette chronique a déjà été lue 4463 fois.

%d blogueurs aiment cette page :