Petits arrangements avec nos cœurs – Camille de PerettiSi au départ j’ai été touchée par le style et par ces deux ados qui se cherchent, très vite pourtant je suis restée au bord du chemin.

La quatrième de couv :

À vingt-cinq ans, devenue écrivain, Camille décide de retrouver son premier amour, dont elle a fait l’un des personnages de ses romans. D’abord méfiant, celui qui est désormais le plus jeune manager de la cinquième banque de Wall Street finit par succomber. Amoureux fous, Camille et Stanislas s’installent à Londres, au coeur de la City, fréquentent les endroits branchés, dépensent sans compter… puis s’ennuient. Comme un dernier sursaut, ils entreprennent une traversée des États-Unis. Six mille kilomètres de culpabilité, de mensonges, d’alcool et de vanités. Chaque étape du voyage les éloigne davantage ; plus ils approchent du but, plus ils se perdent. Et pourtant, ils se sont tant aimés.

Mon avis :

Elle avait 16 ans lorsqu’elle l’a rencontré et lui à peine plus. Elle était encore vierge à cette époque, un peu honteusement. Mais le garçon qui l’intéresse ne la remarque même pas. Alors que Stanislas est fou d’amour pour elle. Il n’en faudra pas plus pour qu’elle le laisse lui faire la cours. Mais pas beaucoup plus, non. Elle ne l’aime pas. Enfin ne pense pas l’aimer. Alors elle joue avec lui, comme peuvent le faire les ados, car Stanislas lui procure un « sentiment de toute-puissance qui emplit la poitrine et donne la sensation d’étouffer, celui de se savoir aimé». On n’est pas bien sérieux à 16 ans à peine…

Après ses études, Camille se marie trop vite avec un homme qui, très rapidement, la rend malheureuse. La solution est simple: elle va divorcer, vite! Mais avant tout elle doit trouver un autre homme. « Pareille au chimpanzé qui feint de s’élancer, je ne lâchais une branche que pour en attraper une autre.» Et cette autre « branche» doit être riche, afin de lui permettre d’écrire sans s’embarrasser de questions matérielles… La cible est toute trouvée: Stanislas, devenu tracer en vogue à Londres. Commence alors un jeu du chat et de la souris entre les deux anciens ados: entre méfiance, amour, trahison, culpabilité et colère, que restera-t-il de cette histoire ?

Si au départ j’ai été touchée par le style, par ces deux ados qui se cherchent et par ce couple qui tente de se reformer quelques années plus tard, très vite pourtant je suis restée au bord du chemin. J’ai ressenti un décalage énorme entre l’image de femme fragile et parfaite qui semble être renvoyée au premier abord et cette femme cynique, plus intéressée par l’argent et les hommes qui ont « les dents qui rayent le parquet». La vision donnée du couple n’a pas réussi non plus à me toucher. Ce couple de l’homme qui brasse des millions et de le femme qui attend en décorant l’appartement (et en écrivant, ok, elle écrit quand même un peu…), le tout ponctué de mots sucrés, a le don de me faire grincer des dents… Et finalement, le genre de l’autofiction me met mal à l’aise. Il y a cette frontière floue entre l’auteur et le personnage principal, Camille de Peretti également, qui me dérange, me plaçant d’emblée comme voyeur d’une histoire dont la frontière est floue…

 

Merci en tout cas aux éditions Stock et à Camille de Peretti pour m’avoir fait parvenir ce livre!

Détails :

Auteur : Camille de Peretti
Editeur : Stock
Date de parution : 30/04/2014
234 pages

Cette chronique a déjà été lue 6022 fois.

%d blogueurs aiment cette page :