Un bon moment de lecture même si la fin m’a un peu perdue ! A lire par contre si vous avez besoin de savoir comment vous débarrasser du requin blanc que vous avez dans le ventre !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Parce que j’ai vu le nom de cet auteur fleurir sur beaucoup de blog, et souvent en termes élogieux, j’ai eu envie, moi aussi, je voir de quoi il était question.

La quatrième de couv :

Tenter de se suicider peut être une occupation très prenante. Une journée durant, un homme s’attèle à la tâche : bricolage de chaise électrique, cocktail explosif d’antidépresseurs, tout y passe. Pour celui qui collectionne les émotions de ses collègues et prend ses vacances dans un ascenseur, rien n’est simple… On peut se sentir inadapté à la vie et, bizarrement, ne pas parvenir à la quitter.

Mon avis :

Un requin blanc dans le ventre qui le fait horriblement souffrir, un orchestre de Mexicains qu’il est le seul à voir, des cabines téléphoniques musicales qui « font office de bouteilles d’oxygène sur lesquelles je peux me précipiter quand je suffoque au milieu de la foule », des vacances passées dans un ascenseur, une marmotte qui l’emmène en balade à travers la ville… on peut dire que notre narrateur a toutes les excuses du monde de vouloir se suicider à peu près dix fois par jour !

Un peu désespéré notre narrateur ? Oui, certainement, mais un désespéré optimiste ! Parce que, malgré ses suicides à répétition, il lui reste quand même encore assez d’énergie pour avoir développé dans son appartement tout un jardin : des tomates, des fraises, un pommier dans la chambre, et même tout un lot de fleurs. Et quand ce désespéré optimiste pense à développer une nouvelle bombe, c’est bien sûr une bombe musicale. Sans compter, le terrorisme littéraire qu’il a mis en place !

En lisant la postface de l’auteur, on comprend un peu mieux ce deuxième roman : écrit en pleine période de changements et d’incertitudes ce livre veut nous donner des « mécanismes compensatoires à mettre en œuvre pour ne pas sombrer ». Intéressant à lire, il m’aura quand même un peu perdu sur la fin, avec cette image du narrateur sur les épaules de la marmotte voguant vers des ailleurs que je n’ai pas su totalement appréhender !

Extraits

Un premier extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi.

Le premier homme a avoir posé une bombe, oui, lui il a fait quelque chose de nouveau. Aujourd’hui, poser une bombe est bien plus meurtrier qu’il y a un siècle, mais l’impact psychologique est nettement moins efficient. Chaque jour, il y a plus de bombes qui explosent que de véritables amours qui naissent. Voilà pourquoi j’ai inventé des bombes dotées d’un nouvel explosif que je rêve plus éclatant : la musique.

Dorénavant, dans tous les manuels scolaires de terrorisme, il faudra faire la distinction entre les bombes Boum-ba-da-boum et les bombes Domi-fasollasido.

Houston ? Je suis paré pour sortir dans le vide intersocial.

Détails :

Auteur : Martin Page
Editeur : Points
Date de parution : 14/01/2010
112 pages

Cette chronique a déjà été lue 6826 fois.

%d blogueurs aiment cette page :