Un conte de fée de Tom Robbins, c’est forcément différent de ce qu’on connaît d’habitude. Même si cela manque de force et d’excentricité.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’avais besoin d’une bonne dose de Tom Robbins pendant l’été. Alors comme j’ai déjà lu tous les titres parus en France, je suis partie à la recherche des éditions en VO.

La quatrième de couv :

Once upon a time (right about now) there was a planet (how about this one?) whose inhabitants consumed thirty-six billion gallons of beer each year (it’s a fact, you can Google it). Among those affected, each in his or her own way, by all the bubbles, burps, and foam, was a smart, wide-eyed, adventurous kindergartner named Gracie; her distracted mommy; her insensitive dad; her non-conformist uncle; and a magical, butt-kicking intruder from a world within our world.

Populated by the aforementioned characters—and as charming as it may be subversive—B Is for Beer involves readers, young and old, in a surprising, far-reaching investigation into the limits of reality, the transformative powers of children, and, of course, the ultimate meaning of a tall, cold brewski.

Il était une fois (juste maintenant), il y avait une planète (pourquoi pas celle-ci ?) dont les habitants consommaient 36 milliards de gallons de bière chaque année (c’est un fait, vous pouvez le googler). Parmi ceux qui sont affectés, chacun à sa manière, par toutes les bulles, rots, et la mousse, il y avait une élève intelligente,  innocente et aventureuse du nom de Gracie ; sa mère distraite ; son père insensible ; son oncle anticonformiste ; et une petite intruse magique et impressionnante d’un monde au sein de notre monde.

Peuplé par les personnages mentionnés ci-dessus – et aussi charmant que subversif – B is for Beer implique les lecteurs, les jeunes comme les vieux, dans une surprenante et vaste enquête sur les limites de la réalité, les pouvoirs de transformation des enfants, et, bien sûr, le sens ultime d’une grande et froide Brewski.

Mon avis :

Gracie a cinq ans, presque six. Et commence sérieusement à se demander ce qu’est ce liquide que son père et son oncle boivent ensemble régulièrement. Si son père se contente de lui expliquer que la bière est uniquement pour les adultes, son oncle, lui, prend son éducation très au sérieux et, en douce, lui fait l’article sur son alcool préféré. Et lui promet, pour son anniversaire, de l’emmener visiter une brasserie. Malheureusement pour elle, tout tombe à l’eau au fur et à mesure : la visite de la brasserie, sa fête d’anniversaire, son père qui doit s’absenter pour un voyage…

Alors, de rage, elle va boire quelques gorgées de cet étrange breuvage. Et sous l’effet de l’alcool, ou d’une distorsion de la réalité, elle va découvrir la fée de la bière. Celle-ci va l’emmener découvrir les origines de la fabrication du liquide, de la récolte jusqu’à la fermentation. Mais elle va aussi lui ouvrir les yeux sur les méfaits de l’alcool à outrance, ou le côté festif qui peut résulter d’une consommation modérée…

Loin d’être du même niveau que Même les cow-girls ont du vague à l’âme, Comme la grenouille sur son nénuphar et surtout Une bien étrange attraction, B is for Beer est un conte de fée sympathique, mais qui manque de force dans ses métaphores et dans son excentricité.

Détails :

Auteur : Tom Robbins
Editeur : No Exit
Date de parution : 07/05/2009
125 pages

Cette chronique a déjà été lue 1842 fois.

%d blogueurs aiment cette page :