Des grenouilles, une cartomancienne, un singe ancien kleptomane, Tambouctou, une rampe pour les êtres venus d’ailleurs, un krach boursier… Pas de doute, pour rassembler tout ça dans un seul livre, ça ne peut être qu’un roman de Tom Robbins. Extraordinaire encore une fois  !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’avais déjà beaucoup aimé Même les cow-girls ont du vague à l’âme. J’avais adoré Une bien étrange attraction. Alors, pour mon anniversaire, quand on m’a demandé quel livre je voulais, le choix n’a pas été long à faire… Merci July1 🙂

La quatrième de couv :

Gwendolyn est une jeune trader de Seattle dont les ambitions d’ascension sociale s’écroulent avec les marchés financiers la veille de Pâques. Pour Gwen commence le pire week-end de son existence : alors qu’elle se voit privée d’avenir, le singe kleptomane de son petit ami s’enfuit, un ancien broker de retour d’un voyage à Tombouctou – où il a appris pourquoi les grenouilles disparaissent de la surface de la Terre – s’insinue dans sa vie, sa meilleure amie se volatilise à son tour, tandis qu’un étrange médecin japonais présente un remède miracle au cancer.

Pendant ce long week-end, Gwen devra partir à la poursuite du singe, retrouver son amie et choisir entre le rêve américain et l’aventure de la liberté.

Vilipendant le consumérisme de l’Amérique et ses rêves de gloire, Comme la grenouille sur son nénuphar est le nouveau chef-d’œuvre de Tom Robbins, qui s’en donne à cœur joie dans ce roman aussi drôle que subversif.

Mon avis :

Pour essayer de résumer un peu ce qui vous attend dans ce livre, vous trouverez : des grenouilles, une cartomancienne qui disparaît bizarrement, un singe ancien kleptomane et mangeur de banane, une université à Tambouctou, un professeur japonais qui guérit le cancer avec des méthodes pour le moins expérimentales, un Indien prénommé Twister qui passe ses journées à réfléchir devant un véritable Van Gogh, de petits bonhommes verts venus tout droit de Sirius B, une rampe devant mener aux êtres venus d’ailleurs, un week-end de fête pascale absolument désastreux pour la Bourse new-yorkaise… Et qu’est-ce que Gwendolyn vient faire au milieu de tout ça ? Et bien, elle a simplement perdue en une seule journée tous les placements effectués pour le compte de ses clients avec ce krach boursier. Ce qui, on peut l’imaginer, la met dans une situation très, très embarrassante.

Surtout que pour Gwendolyn, ce qui est important, c’est le compte en banque bien fourni, la belle voiture, les vêtements de luxe, l’appartement de standing… Et elle ne peut même pas compter sur son petit ami Belford. Il est riche, mais il s’est découvert une âme charitable et a donc décidé de tout donner pour les pauvres. Et surtout, son singe a disparu et c’est, pour l’instant, sa seule préoccupation. Elle pense un instant pouvoir s’en sortir lorsqu’elle tombe sur un ex-golden boy de la finance, Larry Diamond. Mais celui-ci est plus intéressé par la disparition des grenouilles de la surface de la Terre, par ce fameux docteur japonais, ou même par les charmes de Gwen… Et pourtant, elle n’a que le temps d’un week-end avant la prochaine ouverture de la Bourse pour savoir comment jouer son coup et se sortir du pétrin dans lequel elle s’est mise. Tout ça, en cherchant aussi son ami qui lui fait honte, Q-Jo. Pas gagné, n’est-ce pas ?

A travers toutes ces histoires complètement délirantes, Tom Robbins réussit encore une fois à nous faire rire (éclater de rire même) avec des situations et des dialogues tous plus loufoques les uns que les autres. Mais en même temps, c’est l’Amérique, nos sociétés modernes, l’appât incessant de l’argent, de la reconnaissance, la consommation à tout-va, la spiritualité et tant d’autres choses que Tom Robbins critique de manière si habile, si corrosive et si drôle à la fois. Le plus dingue ? Ce livre décrit très précisément la descente aux enfers des traders lors de la crise de la Bourse. Ça vous rappelle des événements assez récents, n’est-ce pas ? Tom Robbins a pourtant écrit ce livre en 1994… Qui sait si, comme ses personnages, il n’abuserait pas de substances illicites lui permettant de voir l’avenir… Un dernier mot ? Les mêmes que la dernière fois: Extraordinaire, excellent, épatant, remarquable, formidable…

Extraits

Un premier extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi, ainsi que dans cet extrait du mardi.

Lire un extrait sur le site des éditions Gallmesteir.

Détails :

Auteur : Tom Robbins
Traducteur : François Happe
Prix : Meilleur livre de l’année 2009 élu par la rédaction de Lire
Editeur : Gallmeister
Date de parution : 08/2009
432 pages

MEILLEUR LIVRE DE L’ANNÉE 2009 élu par la rédaction de LIRE

Cette chronique a déjà été lue 3509 fois.

%d blogueurs aiment cette page :