Le rock progressif se déplace par bonds, aime le double dutch, et trouve intéressant de participer à des compétitions de bobsleigh (pour peu qu’on lui foute la paix cinq minutes), ou comment, avec juste un titre, raconter déjà une histoire ! Ami de l’absurde, bienvenue !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’avais lu Considérations non dénuées d’intérêt, selon moi, concernant, spécifiquement, le mouton tarbais au mois de juillet. Appas avait promis un prochain livre sur l’univers de la musique. Il est sortie il y a à peine quelques semaines. A peine reçu que déjà terminé, même si j’ai mis un peu plus de temps pour le chroniquer…

La quatrième de couv :

Que vous sachiez, ou non, ce qu’est le rock progressif, ce livre vous concerne. Que vous appréciez, ou non, les solos de guitare de 18 minutes, ou les titres de morceaux de plus de vingt-trois mots (quel qu’en soit l’ordre), le rock progressif ne vous en voudra pas. A travers les tribulations (désopilantes) du groupe PaillasSon, vous découvrirez un univers musical, et humain, qui vous emportera dans des espaces où la notion même d’indéfini prend une dimension ridicule. Le rock-prog n’a pas peur, en effet, de dépasser les limites imprécises dont il ignore l’existence. Et c’est en cela que réside l’extraordinaire liberté artistique qui permet à Brian (batterie), Edward (claviers), Peter (guitare), Patron (management), ainsi qu’un bassiste-chanteur-narrateur qui nous livre ce témoignage exceptionnel, de s’ébattre quasi nus, ou même surhabillés, dans les prairies fertiles de la création, en un subtil mélange de rigueur, de joie, d’humour, de tendresse, de sac à dos, de tuiles mécaniques et de bonbons Car en Sac.

Mon avis :

L’univers de la musique vous a toujours intrigué ? Vous vous êtes toujours demandé comment vivaient ces hommes qui composent les groupes que vous allez voir en concert ? Laissez-moi vous dire que vous avez là une occasion unique de découvrir l’envers du décors… Et je pèse mes mots ! Découvrir enfin comment naissent des paroles, pourquoi les maternelles sont, aussi, un lieu approprié pour un concert ou comment se décide l’entrée d’un « nouveau » dans un groupe… Tout cela et encore plus dans ce livre au titre si long qu’il ferait presque une nouvelle à lui tout seul !

Quel est le style de musique proposée par PaillasSon ? Du rock-prog ou prog-rock, enfin bref, un truc qui balance, avec quand même des références assez connues, si l’on en croit notre ami wikipedia. Alors, avec de tels prédécesseurs, ils ont intérêt quand même à faire de la bonne musique. Ou en tout cas, de bonnes paroles, pour entrainer les foules. Un exemple ? « La porte du frigo grince,/Mais j’allume quand même/La lumière de la cuisine,/Car j’aime entrer dans la cuisine/Pour manger/Du miel,/Ou alors, si le temps le permet/Du saucisson. » Honnêtement, avec des paroles comme ça, on se demande comment ça se fait qu’ils ne figurent pas encore au Top 50 des p’tis clous ! Et pour ceux qui auraient peur que le rock-prog ou prog-rock, enfin bref, le truc qui balance, soit trop violent pour eux, sachez qu’ils peuvent aussi vous proposer un morceau de 32 minutes de air-batterie. Et qu’ils travaillent même à un morceau full-air. De quoi apprécier de la bonne musique, tout en restant en bons termes avec vos voisins.

Alors, si toi aussi tu aimes le rock-prog ou prog-rock, enfin bref, le truc qui balance ; si tu veux être renversé par des paroles hors du commun ; si tu ne connais pas non plus le pouvoir évocateur de la 4e corde de la basse ; si tu veux savoir pourquoi PaillonsSon ne s’est pas formalisé du Grammy Award décerné « à un disc-jockey blond et sans imagination (dont le nom finit par « ta ») » ; bref, si tu aimes l’absurde et la musique (enfin, surtout l’absurde), il ne te reste plus qu’à te plonger dans ce livre !

Extraits :

Un premier extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi 45.

Appas vous propose aussi un extrait sur son site, « en toute liberté, autant de fois que tu veux ». Il est merveilleux cet Appas, non ?

Détails :

Auteur : Appas
Editeur : Appas
Date de parution : Quelque part entre aujourd’hui et il y a quelques semaines
118 pages

Cette chronique a déjà été lue 10473 fois.

%d blogueurs aiment cette page :