NGC 224 - Ito NagaLes réflexions d’Ito Naga sont subtiles, esquissées à petites touches, comme pour ne pas donner toutes les clés tout de suite. A découvrir !

La quatrième de couv :

Depuis Je sais, son premier livre, on connaît la manière subtile d’Ito Naga, son art de débusquer sous l’apparence ordinaire de l’évidence, cet entrelacs de sens et de correspondances secrètes que cachent l’événement infime et l’instant banal.

Voilà qu’aujourd’hui, l’astrophysicien qu’il est aussi, nous invite à sa façon toujours enjouée, à partager son regard sur ces lois aussi exactes que mystérieuses qui régissent la grande demeure universelle. C’est bien sûr au rebours du discours savant et de l’exposé sévère qu’il nous conduit par touches successives dans l’intelligence de la mécanique des astres.

Et le lecteur découvre, chemin faisant, que c’est de l’heureuse complexité de la vie que ce livre fait l’éloge : il a désormais l’œil du chat qui considère, étonné et gourmand, ce qui est là devant.

Mon avis :

Étant astrophysicien de métier, on pourrait penser que Ito Naga dispose de réponses sur de nombreuses questions concernant l’évolution, la nature, l’homme, etc. Qu’il se borne à une pensée très rationnelle, scientifique pour « regarder » les choses qui nous entourent. Mais cet auteur sait allier l’aspect scientifique et poétique. Alors, quand il s’interroge sur la place du soleil et de la lune dans notre environnement, ce n’est pas seulement le scientifique qui parle. C’est avant tout l’homme : « Le soleil est indispensable à la vie. La lune, elle, ne l’est pas. C’est ce qui la rend attachante. »

Ce recueil est une suite d’interrogations, de constations, de réflexions. C’est de l’Homme qu’il est question, des astres, de la Nature, de toutes ces choses qui nous entourent et auxquelles on ne prête plus forcément attention. Ou celles auxquelles on n’a jamais prêté attention : « Comme à la surface d’un torrent, les choses se mettent en place pour former de petits tourbillons de problèmes. Ou de bonheur. »

Les réflexions d’Ito Naga sont subtiles, esquissées à petites touches, comme pour ne pas donner toutes les clés tout de suite. Et d’ailleurs de clé, il n’y en a pas. A peine pense-t-on toucher du doigt une pensée, qu’elle s’envole par une pirouette de l’auteur. A découvrir !

Extrait

Et il y a environ deux cent mille ans, en Afrique, une mutation génétique produisait Homo Sapiens. N’est-il pas étrange que la nature produise une mutation qui pousse des êtres à la dévorer ?
La nature aime à se cacher, et c’est étrange qu’elle se taise ainsi, quand Homo Sapiens aime tant parler.

Un extrait a été publié dans l’extrait du mardi.

Détails :

Auteur : Ito Naga
Éditeur : Cheyne Éditeur
Date de parution : 11/03/2013
80 pages

Cette chronique a déjà été lue 2160 fois.

%d blogueurs aiment cette page :