Benchley for President dit la quatrième de couv ? Ça aurait pu être assez drôle en effet ! Voici un nouveau volume pour les amateurs d’absurde !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Il suffit d’aller voir mes avis sur les autres livres de Benchley pour voir que je suis devenue accro de cet auteur.

La quatrième de couv :

On n’a jamais rendez-vous avec Benchley. C’est lui qui s’impose, avec cette éloquence imparable du monsieur courtois qui vous entreprend sur un banc pour vous déballer le secret de l’univers emballé sur ses genoux, dans de l’aluminium. Sa chaussure de claquettes se glisse dans l’embrasure de votre sérieux : pas moyen de refermer. À coups de chroniques euphorisantes, de billets gondolants et de paradoxes à triple détente publiés dans Vanity Fair, Life ou le New Yorker, le docteur Benchley (1889-1945) a dopé à l’absurde l’Amérique de l’entre-deux-guerres, sortant des lapins du toaster, inventant le poil à gratte-ciel ou le gag élastique. Le trousseau de proses drolatiques que publie Le Dilettante nous entretient, avec le sérieux urgent du gagman authentique, de la question animale. Sont débattues entre autres questions nodales : le psychisme du pingouin, la mouche Tsk-Tsk, de la fréquentation des Sargasses par les anguilles, le hoquet et la vitamine F. Précieux ensemble que clôt un Le saviez-vous ? d’anthologie où nous sont révélées moult vérités, entre autres que « les œufs de poule communs sont obtenus par hypnose ».
Benchley for President !

Mon avis :

Benchley, on le sait maintenant, c’est l’aide indispensable pour nous aider dans notre vie quotidienne : on avait l’explication, indispensable, de la vie sociale du triton, on apprenait avec effarement l’existence d’un pow-wow tribal de coq de prairie, et on avait même découvert le Service des rêves. Qu’est-ce que ce cher Benclhey pourrait donc avoir à nous apprendre de neuf aujourd’hui ? Puisque vous me le demandez si aimablement je vous donne quelques aperçus…

Déjà on apprend que nous avons des tas de petites cellules qui sont chargées uniquement de stocker la graisse. Et que, si elles ne parviennent pas à faire leur travail correctement, elles ont une agence d’intérim qui leur envoie d’autres petites cellules pour être sûr de remplir le quota du jour… Moi je voudrais dire que tous les magazines féminins peuvent d’or et déjà remballé leurs recettes miracles de régime avant l’étéOn n’y peut rien. Comment voulez-vous combattre les agences d’intérim dans ce cas ??!!

On nous donne aussi Quelques aperçus sur l’évolution ou Comment Mère Nature prend soin de ses petits et là, j’ai envie de dire, on résout quand même un problème fondamental qui est l’origine du mouton et donc, pas déduction personnelle, du mouton tarbais. Honnêtement, vous saviez vous que le mouton que l’on connait aujourd’hui descend de la famille des bernard-l’ermite ? Non ? Et bien moi non plus, je ne savais pas ! Comme quoi on aura l’air moins bête vous et moi lors d’un prochain diner abordant ce sujet délicat !

Et pour vous aider encore plus, Benchley vous offre un Le saviez-vous ? des plus utiles ! Un exemple ? “Si ces grandes pendules accrochées au fronton des horlogeries indiquent toujours  « huit heures vingt », c’est parce que c’est effectivement l’heure exacte au moment précis où vous les regardez.

Allez, courrez vite maintenant acheter votre Benchley !

Extraits

Un premier extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi.

La nouvelle Les formations cellulaires à l’oeuvre est disponible sur le site de l’éditeur.

Détails :

Auteur : Robert Benchley
Editeur : Le Dilettante
Traducteur : Frédéric Brumen
Date de parution : 11/04
117 pages

Cette chronique a déjà été lue 6622 fois.

%d blogueurs aiment cette page :