Roman initiatique d’un jeune garçon de 15 ans, avec, comme d’habitude chez Murakami, une frontière très ténue entre réalité et fantastique.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Il y avait eu La course au mouton sauvage. Puis Après le tremblement de terre, Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil et Les amants du Spoutnik. Il était donc temps de m’attaquer au livre le plus plébiscité de Murakami !

La quatrième de couv :

Kafka Tamura, quinze ans, s’enfuit de sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. De l’autre côté de l’archipel, Nakata, un vieil homme amnésique décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s’entremêlent pour devenir le miroir l’une de l’autre tandis que, sur leur chemin, la réalité bruisse d’un murmure enchanteur. Les forêts se peuplent de soldats échappés de la dernière guerre, les poissons tombent du ciel et les prostituées se mettent à lire Hegel. Conte initiatique du XXIe siècle, Kafka sur le rivage nous plonge dans une odyssée moderne et onirique au cœur du Japon contemporain.

Mon avis :

Son père lui a dit : «tu coucheras avec ta mère et avec ta sœur aînée». Alors Kafka Tamura a décidé, le jour de ses 15 ans, de partir de chez lui, de cette maison où, de toute façon, il n’y a pas de place pour lui, pas d’amour de la part de ce père. Sa mère a quitté la maison il y a très longtemps avec sa sœur. Il y a même tellement longtemps qu’il ne se souvient pas d’elles. Plus rien ne le retient. Un billet de train en main, le voilà parti pour l’aventure. Et c’est dans une bibliothèque privée qu’il va se réfugier pour faire le point, apprendre, et nouer ses premières relations amicales, lui qui a toujours tout fait pour éloigner les autres afin de ne pas montrer ses sentiments et s’endurcir pour affronter le monde. Et il va même tomber amoureux…

En parallèle, on va suivre également le voyage de Nakata, vieil homme qui ne sait ni lire ni écrire, mais sait parler aux chats. Cet homme un peu particulier va se retrouver mêlé à une drôle d’aventure. Lui qui n’était jamais sorti de son arrondissement se retrouve d’un coup poussé par une force inconnue. Il sait qu’il doit aller accomplir quelque chose, sans bien pouvoir définir cette chose. Alors il prend la route, poussé par cette force, sachant que le moment venu il saura ce qu’il a à faire et comment le faire.

Merveilleux roman initiatique, Murakami nous propose à nouveau un univers entre réalité et fantastique. Le jeune Kafka part à la découverte de lui-même que ce soit à travers les livres, les songes, les relations qu’il noue au fur et à mesure de son voyage, ou même cette immersion étrange dans une forêt qui ne se situe pas tout à fait dans notre réalité. Avec Nakata et son compagnon de voyage, on découvre le bonheur simple de la musique, l’ouverture vers les autres, la recherche d’une porte d’entrée physique qui donnerait accès à une entrée métaphorique permettant au héros de se découvrir…

L’écriture est fluide et nous entraîne à la suite de Kafka vers cette fin ouverte, où chacun, comme à l’habitude de Murakami, pourra trouver sa porte d’entrée et sa vérité.

Extraits :

Un extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi 66.

Détails :

Auteur : Haruki Murakami
Traducteur : Corinne Atlan
Editeur : 10-18
Date de parution : 21/06/2007
638 pages

Cette chronique a déjà été lue 5303 fois.

%d blogueurs aiment cette page :