Qu’est-ce que cela devenir père ? Trois auteurs, Olivier Adam, Philippe Claudel et Philippe Delerm ont répondu à cette question, avec beaucoup de sensibilité.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Repéré chez Valérie, je me rends compte en lisant à nouveau son article que je n’ai qu’une partie des auteurs présents dans l’édition que j’ai acheté. La suite donc pour une prochaine fois peut-être.

La quatrième de couv :

Que l’on parle d’Olivier Adam, connu pour le succès de son livre et de son film Je vais bien, ne t’en fais pas, de Philippe Claudel – lauréat du prix Renaudot pour Les Ames grises en 2003 – ou de Philippe Delerm et de sa Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, la renommée de ces trois auteurs n’est plus à prouver… et ce n’est pas leur seul point commun. Lequel alors ? Un événement si simple et pourtant si complexe : la naissance d’un enfant.

Mon avis :

Partant du constat qu’il y avait très peu de témoignages d’hommes sur leur paternité, les éditions L’Iconoclaste (éditeur du recueil complet) ont donc demandé à plusieurs auteurs s’il était prêt à se dévoiler, à parler de leur rapport avec leur enfant, de leur naissance, etc. Pourquoi ces trois là particulièrement ? «Parce qu’ils sont beaux et bons et grands», nous dit Isabelle Lortholary en forme de boutade dans la préface. Mais surtout «Olivier Adam, pour son empathie envers les hommes et les femmes du quotidien ; pour ses correspondances et ses forêts de signes. […] Philippe Claudel, pour chacun de ses livres pour adultes et après avoir été enchantée par ses contes et ses livres pour enfants. […] Philippe Delerm, pour son génie à saisir le quotidien ; parce que c’était une gageure de lui proposer un tel projet, jusqu’à présent il avait toujours refusé de s’exprimer sur son fils Vincent.»

Contrairement à Valérie, je ne cherchais pas à m’assurer que l’amour maternel et paternel sont identiques, n’étant pas mère moi-même. Je voulais simplement savoir ce que des hommes que j’aime lire, qui arrivent à faire passer des choses dans leurs histoires, pouvaient ressentir face à l’arrivée d’un enfant. Et je dois dire que toute la sensibilité que l’on peut trouver dans les livres de Philippe Claudel ou d’Olivier Adam (je ne parlerai pas de Philippe Delerm dont je n’ai lu qu’un seul livre, Quelque chose en lui de Bartleby) se retrouve dans ses textes.

Un conseil cependant. Si vous êtes un peu sensible, il vaut mieux lire ce livre bien tranquillement chez vous. Il est toujours un peu gênant d’avoir la larme à l’œil dans un train…

Extraits :

Un premier extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi 42.

On le voit, il n’y avait pas derrière cette façon d’être de grands principes sur ce que doit être la paternité. C’était simplement le bonheur de vivre des choses ensemble, le plus possible de choses ensemble. Il y en eut tellement que j’en garde avant tout cette idée de plénitude, la certitude de vivre là la meilleure part de ma vie.

Détails :

Auteur : Philippe Claudel, Olivier Adam, Philippe Delerm
Editeur : Librio
Date de parution : 25/08/2010
78 pages

Cette chronique a déjà été lue 11059 fois.

%d blogueurs aiment cette page :