Ça faisait un petit moment qu’on n’avait pas parlé du #projetbradbury.

Alors que Neil avance, avance (à un rythme tel que j’ai du mal à suivre), il est temps de vous présenter les nouvelles 17 à 20.

 

Le Pont (#17)

Le Pont - Neil JomunsiSamson est à la recherche de l’inspiration pour écrire LE chef-d’œuvre de sa vie. Il décide donc de quitter son village pour cela. Après une longue marche à travers la forêt, la nuit tombe alors qu’il n’a toujours pas trouvé d’endroit pour la nuit. Face à un pont sous la brume, il décide de le traverser en espérant trouver un refuge. Mais ce qu’il va découvrir de l’autre côté va complètement changer le cours de sa vie !

J’ai très peu accroché avec cette nouvelle qui est trop fantastique à mon goût.

Esprit farceur (#18)

Esprit farceur - Neil JomunsiComme dans Le pont, on a à faire à un écrivain en mal d’inspiration. Mais alors que je n’accrochais pas du tout avec  la nouvelle précédente, j’ai beaucoup ri avec celle-ci.

Imaginez cet auteur, cherchant désespérément à noircir ses cahiers afin d’écrire son prochain livre tant attendu par son éditeur. Rien ne vient, quoi qu’il fasse. Alors il a un trait de génie: pourquoi ne pas demander à un auteur mort de lui donner des conseils ? Et tant qu’à faire, autant demander à Ray Bradbury lui-même !

Le problème, c’est que les fantômes ne sont pas forcément à la disposition des vivants… Et si Ray Bradbury avait lui aussi encore un texte à transmettre… ?

Toreador (#19)

Toreador - Neil JomunsiCristo est un gladiateur. C’est même le meilleur de tous ! Dans ses combats contre des robots, normalement destinés à la casse, puis réparés pour être transformés en machines de guerre, il en sort toujours vainqueur. Ses collègues le surnomme le Toreador.

Adulé de tous, on lui passe tous ses caprices. Notamment celui d’aller à la rencontre de ces adversaires, juste avant leur transformation, afin d’essayé de les connaître, de les comprendre. Ce jour-là, c’est un robot anciennement majordome qu’il affrontera. Juste avant le combat, comme à son habitude, il ira le rencontrer et lui demandera de lui lire une histoire, comme il le faisait avant avec les enfants dont il avait la charge…

Est-ce ça qui sera responsable de la suite ? De ce qui laissera tout le public pétrifié ?

Sentiment mitigé pour ma part pour cette nouvelle. Certainement lié au sujet lui-même, les gladiateurs, et l’apparition des robots.

Lettre morte (#20)

Lettre morte - Neil JomunsiAu fond des tranchées de la Première Guerre mondiale, ce qui le fait tenir, c’est la lettre qu’il rédige à sa femme. Il sait que s’il meurt au combat, quelqu’un la lui remettra. Alors il se presse d’y mettre tout son amour, ses observations, ses doutes…

Mais on est dans le projet Bradbury. Et c’est, bien sûr, une version un peu différente de la guerre 14-18 que nous propose Neil Jomunsi. Si au départ, c’est bien les soldats français qui affrontent leurs homologues allemands, très vite ils vont devoir s’unir pour combattre un ennemi commun, bien plus dangereux et bien plus difficile à battre. Le soldat aura-t-il le temps de dire à sa femme tout ce qu’il éprouve pour elle ?

Le choix du sujet m’avait paru étrange au départ. Ça ne semblait pas coller avec le reste de l’univers du projet Bradbury. Jusqu’au dénouement final. Une belle nouvelle bien menée. Touchant, avec cette lettre de la dernière chance, et inquiétant en même temps, avec ces ennemis presque invisibles !

 

Retrouvez les nouvelles précédentes :

  • Nouveau message (#1), Le dernier invité (#2), Onkalo (#3) et Kukulkán (#4) par .
  • Le grand hozirus (#5), Aurélia sous la terre (#6), Celsius 233 (#7) et Face à l’étoile (#8) ici.
  • Kindergarten (#9), La dernière guerre (#10), Antichrist Understar (#11) et Touristes (#12) ici.
  • Page blanche (#13), Bully (#14), Viral (#15) et Alexandria (#16) ici.

Cette chronique a déjà été lue 2940 fois.

%d blogueurs aiment cette page :