On avait fait le dernier point sur le #projetbradbury début avril. Il est temps de poursuivre la découverte, avec les nouvelles 21 à 24.

Intérim (#21)

IntérimLa fin du monde a commencé. Les démons prennent possession de la population et l’Eglise s’organise pour contrer ces attaques. Alors pour se défendre, elle recrute des mercenaires, des costauds, des malins… toute les bonnes volontés et surtout les désespérés, affamés, qu’elle pourra trouver. Piotr et Jan se retrouvent ainsi à remplir leur mission, allant de maisons en écoles chercher les malheureux.

Mais Jan, la grosse brute, sent bien que Piotr, le malingre, cache quelque chose. Un lourd secret qu’il découvrira lors de l’une de leurs missions.

Neil Jomunsi nous offre des personnages attachants au milieu de la folie de fin du monde. Ils sont envoyés dans une quête absurde, mais coûte que coûte accompliront la mission qui leur a été confiée. Pourquoi? Pourquoi continuer à vivre dans cette fin du monde?  L’auteur ne nous donne pas de réponse, mais nous donne une jolie amitié en échange…

 

La nuit des fous (#22)

La nuit des fousPour certains, la Saint-Sylvestre c’est l’occasion de faire la fête, célébrer une nouvelle année qu’on espère toujours meilleure. Pour d’autres, comme Damian qui habite Berlin, cela tient plus de la guerre civile. Il faut dire qu’il est policier. Et qu’à ce titre, il se retrouve en première ligne pour gérer la fièvre qui gagne tous les habitants.

Mais ce 31 décembre est un peu étrange. La fièvre gagne nous dit l’auteur. Mais au final, qui est pris de fièvre en cette soirée de célébration? La foule? La police? Damian?

Autant dire que la chute concoctée par Neil Jomunsi est plutôt inattendue… Et que la folie n’est jamais là où on l’attend !

 

Maison close (#23)

Maison close Miss A s’occupe de fournir des services pour le moins particuliers. Dans un monde où les robots sont dotés de sentiments, de besoins et d’envies, comme les humains, elle propose des relations tarifées pour ces machines un peu humaines.

Mais Miss A était elle-même une prostituée avant. Connue même pour être la meilleure de toute. Et c’est pour cette raison qu’un jour un homme lui propose une somme astronomique pour répondre à une demande tout à fait inhabituelle, pour un client qui ne l’est pas moins.

Il y a beaucoup de tendresse dans cette nouvelle. Un peu comme dans Real Humans, on a beau savoir que ce sont des machines, les auteurs arrivent à nous les rendre attachants, presque plus humains que les Hommes. Alors quand Miss A doit s’occuper des dernières volontés d’un robot, comment pourrait-elle dire non ? Une très belle lecture…

 

Yokai (#24)

YokaiJune Lindenhaven est une psychologue un peu particulière. Outre le fait qu’elle ne consulte normalement qu’à son cabinet, elle s’investit à fond dans la résolution des problèmes de chacun de ses patients.

Lorsqu’elle accepte de se rendre chez Gikaibo, qui ne peut pas se déplacer à son cabinet, c’est avec son sac à dos qu’elle part et tout un nécessaire de survie. Pourtant, Gikaibo n’habite qu’à quelques pâtés de maison de chez elle. Alors pourquoi semble-t-elle partir en expériditon ? C’est qu’elle a l’habitude d’aller au fond des problèmes des gens. Et vous pourriez bien être transportés très loin dans l’exploration de la déprime de ce vieux japonais…

 

 

Retrouvez les nouvelles précédentes :

  • Nouveau message (#1), Le dernier invité (#2), Onkalo (#3) et Kukulkán (#4) par .
  • Le grand hozirus (#5), Aurélia sous la terre (#6), Celsius 233 (#7) et Face à l’étoile (#8) ici.
  • Kindergarten (#9), La dernière guerre (#10), Antichrist Understar (#11) et Touristes (#12) ici.
  • Page blanche (#13), Bully (#14), Viral (#15) et Alexandria (#16) ici.
  • Le pont (#17), Esprit farceur (#18), Toreador (#19) et Lettre morte (#20) ici.

Cette chronique a déjà été lue 1725 fois.

%d blogueurs aiment cette page :